Le Fonds monétaire international préconise une plus grande flexibilité du régime de change, qui est profitable à l’économie marocaine, a fait savoir, lundi soir, le chef de la mission du Fonds monétaire international (FMI), chargé du Maroc, Roberto Cardarelli.

“Une plus grande flexibilité du régime de change va bénéficier à l’économie marocaine en préservant les réserves et la compétitivité et en renforçant sa capacité d’absorption des chocs externes”, a expliqué M. Cardarelli lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation des conclusions de ses consultations avec les autorités marocaines, au titre de l’article IV du FMI.

Il a noté que les autorités sont en train d’assurer un suivi étroit des conditions de déroulement de la transition et d’approfondir les études sur tous les volets pour juger du moment opportun pour entamer une nouvelle phase.

Rappelant que le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration avait décidé de procéder, après avis de Bank Al-Maghrib (BAM) et à partir du 9 mars dernier, à un élargissement de la bande de fluctuation du dirham de ±2,5% à ±5%, par rapport à un cours central fixé par la Banque centrale sur la base d’un panier de devises composé de l’euro (60%) et du dollar américain (40%).

Cet élargissement s’inscrit dans le cadre de la poursuite du processus de réforme du régime de change, qui a été initié en janvier 2018, et intervient après l’atteinte des objectifs assignés à la première phase.

Bouton retour en haut de la page
Fermer