Le Président de l’Association Marocaine des Présidents des Conseils Communaux, Mohamed Boudra, a indiqué que l’organisation Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU) plaide auprès de la représentation de l’Union européenne pour obtenir le statut d’observateur permanent au sein de l’Union.

S’exprimant lors de la réunion des présidents de CGLU, lundi à Al Hoceima, M. Boudra a passé en exergue les efforts entrepris par l’organisation afin d’obtenir le statut d’observateur permanent au sein de l’UE et partenaire pour le développement pour mieux présenter et défendre les problèmes et aspirations de la population des villes, qui sont aux premiers rangs pour atténuer les répercussions de la pandémie du coronavirus, fait savoir un communiqué de l’Association Marocaine des Conseils Communaux, parvenu mercredi à la MAP.

Cette réunion, tenue en présence de deux responsables de haut niveau de l’Union européenne, de la Directrice exécutive d’ONU-Habitat, Maimunah Mohd Sharif, et de la Sous-Secrétaire générale et Directrice du Bureau des relations extérieures et du plaidoyer du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Ulrika Modéer, a été l’occasion d’explorer les possibilités de signature d’accords de partenariat avec les agences de l’UE pour mettre en œuvre une série de projets, a fait savoir la même source.

Afin de promouvoir les actions de CGLU, ajoute le communiqué, le programme de travail de l’organisation a été examiné en présence de ses partenaires et filiales des quatre coins du monde, notant que le “travail colossal” réalisé par l’organisation, sous la présidence de M. Boudra, en étroite coordination avec la Secrétaire générale de l’Organisation, Emilia Saiz ainsi que les autres membres du groupe de travail, ont été salués, de même que la transformation numérique qu’elle a connu lors de la pandémie du coronavirus afin de garantir la continuité de ses travaux et actions malgré les circonstances difficiles.

Par ailleurs, M. Boudra a présidé le même jour, la 25è réunion et la 12è session plénière du bureau de l’Assemblée régionale et locale Euro-Méditerranéenne (ARLEM), et ce dans l’objectif de renforcer le rayonnement de l’Association Marocaine des Présidents des Conseils Communaux au niveau international, souligne-t-on.

À cet égard, relève la même source, il a été procédé à l’examen d’un ensemble de rapports présentés par des responsables de haut niveau, des ambassadeurs de l’UE et des représentants d’autres organismes tels que l’Union pour la Méditerranée, sur des questions ayant trait à l’environnement, l’agriculture et la sécurité alimentaire et à la lutte contre le changement climatique, ainsi qu’une série de propositions visant un partenariat renouvelé entre l’UE et ses voisins du sud pour faire face aux répercussions de la pandémie de Covid-19.

Bouton retour en haut de la page
Fermer