Le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy a souligné, vendredi à Skhirat, l’importance de promouvoir la fabrication locale et de développer l’écosystème “poids lourd et carrosserie industrielle”.

“Il est impératif de promouvoir la fabrication locale et de développer le plus tôt possible cet écosystème et le rendre compétitif dans le Royaume”, a fait savoir M. Elalamy, lors d’une rencontre au siège de l’unité industrielle Irizar Maroc, en charge de la production des bus devant desservir la ville de Casablanca.

Après avoir rappelé que le taux d’intégration locale de la fabrication des bus Irizar a atteint, aujourd’hui, 41%, M. Elalamy a assuré que les efforts se multiplient pour parvenir, à terme, à 60%, notamment en accordant une place importante aux projets de fabrication de pièces à destination de cet écosystème dans la banque de projets, lancée en septembre 2020.

La montée en gamme du produit marocain ne peut être qu’une fierté, a soutenu le ministre, soulignant par ailleurs le rôle incontournable que joue la commande publique dans le renforcement de la fabrication locale, créatrice d’emplois et de valeur ajoutée, et qui permettra de positionner le Maroc sur ce segment industriel pointu.

“Nous disposons d’un potentiel économique considérable et de compétences très qualifiées offrant à cette filière des avantages pour en devenir une filière des plus compétitives du secteur industriel”, a-t-il souligné.

Pour sa part, Mohammed Abouchane, Directeur d’Irizar Maroc, a relevé que cette rencontre, s’inscrit dans le cadre de la livraison de la deuxième partie des bus pour Casablanca, des véhicules conçus au Maroc avec des capacités à 100% marocaines.

“Fraîchement sortis de l’usine, de couleur jaune, ces bus se conforment aux normes internationales et sont équipés de toutes les propriétés et les modes de confort pour les passagers”, a-t-il souligné.

“Dotés de 33 places assises, une connectivité, des rampes pour fauteuils roulants, des places spécifiques pour les personnes à mobilité réduite, notamment l’inclinaison des bus pour facilitation de la montée des gens, ces véhicules ont surtout la particularité d’être les premiers au monde à être homologués en norme de sécurité anti-renversement qui laisse un espace de sécurité pour tous les passagers”, a-t-il expliqué.

De son côté, le président du Groupement marocain du poids lourd et de la carrosserie (GPLC) Adil Zaidi, a fait savoir que grâce au lancement de cet écosystème, le Maroc sera à même de disposer d’un ensemble d’équipementiers de carrossiers et de sous-traitants, capables d’assurer jusqu’à 85% de la production d’un autocar ou d’un autobus au Royaume.

Il a, à cet effet, souligné l’impératif d’étendre par la suite cette opération à tous les autres métiers de la filière, en l’occurrence, l’ensemble de la carrosserie, que ce soit pour les remorques, les équipements spéciaux comme les bennes-tasseuses pour la collecte des ordures ménagères ou encore le matériel militaire.

Irizar mobilise plus de 15 fournisseurs locaux au sein de son écosystème dans lequel elle assemble des autobus sur des châssis de la marque SCANIA, d’une longueur de 12 mètres.

Les 18 constructeurs majeurs mondiaux sont représentés au Maroc à travers un écosystème composé de 85 unités de carrossiers et d’équipementiers que le ministère continue de soutenir par l’accompagnement de tout projet permettant l’amélioration de l’intégration locale de la filière. Cet écosystème représente, actuellement, un chiffre d’affaires de 11 milliards de dirhams/an et emploie 8.000 collaborateurs.

Bouton retour en haut de la page
Fermer