Le ministre de l’Énergie, des mines et de l’environnement, Aziz Rabbah, a mis l’accent, lundi à Rabat, sur le rôle des investissements dans le secteur des carburants pour assurer la sécurité énergétique du Royaume.

Intervenant lors de la réunion de la Commission des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement à la Chambre des représentants, consacrée aux “Répercussions de la chute brutale des cours de pétrole brute sur les marchés internationaux et en début de 2020 sur les prix des produits énergétiques dans le marché national et les mesures adoptées au niveau du stockage et de l’approvisionnement en carburants et gaz”, M. Rabbah a fait savoir que le secteur des carburants, suite à la crise sanitaire de COVID-19, connait à l’échelle mondiale une hausse de l’offre d’environ 10 millions de barils par jour, entraînant une augmentation du réserve mondial de 30% depuis l’entrée en vigueur du confinement dans les différents pays du monde.

Ces multiples facteurs ont entraîné une baisse significative du prix du brut Brent, depuis fin décembre 2019, en raison de l’offre abondante, de la carence de la demande et de l’emplissage des stocks de réserves, indique le responsable cité dans un communiqué du ministère.

Il a, dans ce sens, souligné que la consommation du carburant au niveau national a connu un taux de croissance annuel estimé à 3% au cours de la dernière décennie afin de s’établir à 11,31 millions de tonnes à la fin de 2019, notant que le Royaume est l’un des plus grands consommateurs de gaz butane au niveau individuel dans le monde.

Dans ce sillage, M. Rabbah a mis en exergue les spécificités du marché national des carburants, marqué par la diversité des sources et les lieux d’importation et d’entrepôts de stockage au niveau des ports d’importation à travers le territoire national, ainsi que la multiplicité des acteurs dans le secteur, permettant ainsi de contribuer à augmenter les capacités nationales de stockage, qui s’élevaient à 2,09 millions m3, dont 91% sont liées aux ports.

De même, il a souligné que d’énormes investissements ont été réalisés, en particulier en termes d’amélioration des capacités nationales de stockage et de distribution et d’incitation du secteur privé, dans la mesure où des sociétés privées ont eu le droit d’importer cette matière pour avoir des stocks stratégiques dans diverses régions du Royaume, outre l’actualisation des textes législatifs et juridiques pour accompagner et réglementer le secteur, notant que ces mesures ont permis au Royaume d’atteindre sa sécurité énergétique à même d’assurer l’approvisionnement en produits pétroliers.

Dans ce cadre, des capacités de stockage ont été réalisées avec une capacité de 206.000 m3, nécessitant un investissement d’environ 415 millions de dirhams (MDH) au cours de 2017-2019, et des projets ont été programmés pour mettre en place des entrepôts de stockage de produits pétroliers d’une capacité totale de 992.000 m3, pour près de 3.164 MDH durant 2017-2022.

Il s’agit également d’un projet programmé pour atteindre une capacité supplémentaire de stockage de gaz butane d’une capacité de 200.000 m3 dans des cavités salines, qui devrait être opérationnelle au cours du deuxième sixième de l’année 2023. De même, les capacités de stockage de la société Samir (société marocaine de l’industrie du raffinage) sont sollicitées, en vue d’élargir les réserves.

La réduction de la circulation et le ralentissement de l’activité industrielle depuis l’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire le 20 mars 2020 ont eu un impact significatif sur l’activité des sociétés de distribution de carburants, marquée par une forte baisse des ventes de carburant, estimée à 70% dans certaines régions, et une baisse des ventes du fuel et du carburant pour avions suite à l’arrêt du trafic aérien.

Dans ce contexte, M. Rabbah a noté que son département a pris une série de mesures proactives en cette conjoncture marquée par la pandémie du nouveau coronavirus, le but étant d’assurer un approvisionnement régulier et continu du marché national en produits pétroliers de toutes sortes.

Ainsi, les différents services centraux et décentralisés du ministère ont été mobilisés pour assurer l’approvisionnement et répondre aux besoins des ménages, a-t-il expliqué, soulignant que l’ensemble des opérateurs gaziers ont pu maintenir leur activité en permanence tout au long du premier mois du début du confinement et ont augmenté le nombre des bonbonnes de gaz dans le marché avec plus de 100.000 nouvelles bouteilles.

Il a en outre rappelé que son département a émis un communiqué conjoint avec le ministère de l’Intérieur pour mettre fin à l’achat injustifié des bonbonnes de gaz de la part des citoyens et des agriculteurs qui les utilisent dans l’irrigation, tout en exhortant les acteurs du secteur à assurer l’approvisionnement des marchés et des consommateurs et à prendre les mesures nécessaires à cet effet.

Face à cette étape exceptionnelle, le Maroc a pu maintenir un approvisionnement régulier en produits pétroliers pour les ménages et les différents secteurs économiques, grâce à l’application optimale des mesures prises par le ministère aux niveaux central et régional, et suite à la forte mobilisation des différents opérateurs dans le secteur des carburants au Royaume.

Bouton retour en haut de la page
Fermer