Le Royaume-Uni fait face à une “deuxième vague” de nouveau coronavirus, a prévenu le Premier ministre Boris Johnson, n’excluant pas de recourir à un nouveau confinement général pour toute l’Angleterre.

“Il ne fait aucun doute, comme je le dis maintenant depuis plusieurs semaines, que nous pouvions nous attendre à une deuxième vague et que nous en voyons maintenant une arriver”, a dit le dirigeant conservateur en visitant le chantier en construction d’un centre de vaccins à Didcot, près d’Oxford.

“Nous la voyons en France, en Espagne, à travers l’Europe. Je crains qu’il était absolument inévitable que nous la verrions dans ce pays”, a-t-il dit alors que le taux de transmission est désormais situé entre 1,1 et 1,4, impliquant une accélération des contaminations.

Le dirigeant conservateur n’a pas exclu de durcir davantage des restrictions locales qui se multiplient au niveau local en Angleterre, où il est interdit de se rassembler à plus de six, mais il a dit vouloir éviter un nouveau confinement national.

De son côté le ministre de la santé Matt Hancock a déclaré vendredi sur la BBC que le gouvernement “veut éviter” un confinement national mais reste “prêt à le faire si nécessaire”.

“Nous sommes prêts à faire ce qu’il faudra pour protéger des vies”, a-t-il déclaré, soulignant que le gouvernement pourrait recourir à d’autres restrictions locales, comme il l’a encore fait jeudi dans certaines localités du nord-est de l’Angleterre.

Le Royaume-Uni est l’un des pays les plus durement touchés en Europe avec près de 50.000 morts dus à la pandémie de coronavirus. Les derniers chiffres publiés par l’Office britannique des statistiques nationales (ONS) font état de 3.200 nouveaux cas par jour en Angleterre au cours de la première semaine de septembre, contre 2.000 la semaine précédente.

Le Premier ministre Boris Johnson a annoncé la semaine dernière un resserrement des mesures, avec notamment l’interdiction des rassemblements de plus de six personnes et un couvre-feu de 22H00 à 5H00 dans les lieux de divertissement.

L’instauration de ces mêmes mesures à partir de mardi prochain a été annoncée vendredi dans plusieurs localités du nord-ouest de l’Angleterre et notamment à Liverpool, qui compte à elle seule 500.000 habitants.

Bouton retour en haut de la page
Fermer