Washington, 23/07/2019 (MAP) – Le président américain Donald Trump, qui recevait lundi à la Maison Blanche le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, a proposé sa médiation pour le règlement du conflit autour du Cachemire qui oppose depuis plusieurs décennies le Pakistan et l’Inde.

Après que M. Khan eut déclaré qu’il souhaiterait bénéficier de l’aide de M. Trump dans la résolution du conflit, le président américain a indiqué que le Premier ministre indien, Narendra Modi, lui avait demandé de faire de même et qu’il jouerait volontiers un rôle dans ce sens.

“Si je peux aider, j’aimerais être un médiateur”, a déclaré lundi M. Trump.

L’Inde et le Pakistan revendiquent la région du Cachemire depuis la création du Pakistan en 1947. Chaque pays a saisi une partie de ce territoire et en administre le contrôle depuis.

M. Khan avait publiquement exprimé sa préoccupation cette année quant à la possibilité que les récents affrontements entre le Pakistan et l’Inde se transforment en guerre. Des avions de combat pakistanais et indiens se sont affrontés dans les cieux au-dessus de leur frontière litigieuse, chaque partie affirmant avoir abattu au moins un avion de guerre et le Pakistan capturant un pilote indien.

Les États-Unis et d’autres puissances mondiales ont alors appelé à la retenue, et l’ambassadeur du Pakistan aux États-Unis, Asad Khan, a appelé Washington à redoubler d’efforts diplomatiques pour éviter une guerre.

Les deux dirigeants ont également discuté du conflit afghan, alors que les Etats-Unis sont engagés dans des pourparlers avec les talibans et espèrent que le Pakistan puisse faire pression sur le groupe insurgé afghan pour qu’il accepte un cessez-le-feu et tienne des discussions directes avec le gouvernement de Kaboul.

M. Trump a qualifié de “ridicule” la durée de la guerre en Afghanistan, tout en vantant les capacités militaires américaines dans ce pays.

“Je pourrais gagner cette guerre en une semaine”, a-t-il lancé, ajoutant que dans ce scénario, “l’Afghanistan serait rayé de la surface du globe”. Mais il a déclaré qu’il ne voulait pas risquer les pertes de millions de personnes.

Cette rencontre fait suite à la décision prise par M. Trump l’année dernière de mener les premiers pourparlers soutenus entre les États-Unis et les talibans, une approche préconisée par les autorités pakistanaises depuis des années. M. Trump cherche à conclure un accord avec les talibans d’ici à septembre, ce qui permettrait aux États-Unis de quitter l’Afghanistan, où ils comptent des milliers de soldats.

Les deux dirigeants devraient également discuter des moyens de renforcer la coopération bilatérale, notamment dans les domaines du commerce, de l’énergie et des femmes.

Bouton retour en haut de la page
Fermer