nt7arko-VF

Lionel Messi, Cristiano Ronaldo, Neymar, Robert Lewandowski… Affamés par trois mois d’interruption, les ogres de Ligue des champions se retrouvent vendredi, pour le tirage au sort (10H00 GMT) d’un tournoi final à huit inédit, alléchant sur le papier, mais empli d’incertitudes face à la pandémie.

Crise sanitaire oblige, la compétition de clubs phare du continent a abandonné son format habituel, pour adopter le modèle d’un tableau final sur site unique, à Lisbonne (12-23 août): le “Final 8”.

Parmi les têtes de série favorites pour le titre, l’ambitieux Paris SG attend de voir quel parcours l’attend jusqu’à la finale, et surtout, la confirmation que la malédiction qui l’accompagne en C1 depuis plusieurs années a bien disparu après son huitième victorieux contre Dortmund (1-2, 2-0).

Mais de certitudes, cette saison bouleversée par le coronavirus n’en offre à personne, pas même à l’UEFA qui espérait encore, mi-juin, accueillir des spectateurs dans les deux stades sélectionnés, ceux du Benfica et du Sporting.

Or, l’entrée en vigueur de mesures de confinement, fin juin, dans des quartiers de la banlieue nord de Lisbonne a éloigné cette hypothèse. Aujourd’hui, la capitale et ses environs figurent toujours parmi les plus importants foyers de contagion du pays.

C’est dans ce contexte spécial, à la fois sportif et sanitaire, que les géants du continent se préparent à un “Final 8” intense, en mode “Super 8”. “Je trouve ça pas mal (…) Il y aura 15 jours où tout va se décider”, estime l’entraîneur du Real Zinédine Zidane, triple vainqueur de la C1 comme technicien principal (2016-2018).

Mais “Zizou”, lui-même, ne sait pas s’il sera de la fête. En effet, seulement quatre des huit équipes ont leur billet pour le Portugal en poche au moment du tirage au sort.

En plus du PSG, l’Atlético Madrid, tombeur du tenant du titre Liverpool, et les surprises Leipzig et Atalanta Bergame sont qualifiées. Pour les autres, il reste encore un huitième de finale retour à disputer (7-8 août), qui s’annonce compliqué pour quelques superstars.

Cristiano Ronaldo notamment, qui doit, avec la Juventus, remonter la défaite de l’aller à Lyon (1-0). Lionel Messi n’est pas mieux loti: son Barcelone n’a fait que match nul (1-1) contre Naples avant de recevoir la teigneuse équipe italienne chez lui.

Enfin, le Real Madrid, s’il est bien parti pour remporter la Liga, devra faire très fort contre Manchester City qui s’était imposé au Santiago-Bernabeu (2-1).

Seul le Bayern Munich, largement victorieux de Chelsea (3-0) en Angleterre, aborde cette échéance des huitièmes avec sérénité. Le “Rekordmeister” est d’autant plus confiant qu’il a réussi son redémarrage en Allemagne, en remportant coup sur coup le Championnat et la Coupe, préalable à un possible carton plein.

“Nous avons maintenant une petite pause (début juillet), puis nous nous préparerons et évidemment essaierons de réaliser le triplé”, a assuré le gardien bavarois Manuel Neuer.

L’équipe menée par Robert Lewandowski (51 buts en 43 matches cette saison!) fait figure de favori pour ce “Final 8”, au même titre que le PSG. Mais les Parisiens se rendront au Portugal sans Edinson Cavani ni Thomas Meunier, qui n’ont pas prolongé leur contrat, et avec des questions sur leur état de forme physique, alors que la France est le seul des grands Championnats européens à avoir arrêté sa saison de manière anticipée.

Beaucoup d’interrogations donc, mais une certitude: la Ligue des champions version 2020 continue d’alimenter les rêves de ses prétendants qui réfutent l’idée d’un trophée galvaudé par le contexte. “Je suis excité à l’idée de reprendre, je pense beaucoup à la Ligue des champions, bien sûr”, déclarait Neymar en juin, avant le retour à l’entraînement.

C’est un “objectif incroyable”, a assuré l’entraîneur Pep Guardiola, dont l’équipe, Manchester City, veut finir en beauté, avec la Coupe d’Angleterre et la C1. Vivement Lisbonne!

nt7arko-VA
Bouton retour en haut de la page
Fermer