Le dialogue politique entre les partis de l’opposition et de la majorité au Burkina Faso, consacré à la situation sécuritaire dans le pays, a repris lundi après plus de trois mois de suspension, rapportent des médias locaux.

Lancé le 17 juin par le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, ce dialogue, qui regroupe une quarantaine de représentants des membres des partis et formations politiques, avait été suspendu trois jours plus tard.

“Après la suspension, les conditions que nous avons posé ont été respectées. Les ministres de la Défense et celui de la sécurité seront là pour qu’on discute de la situation sécuritaire, ensuite on reviendra sur la réconciliation nationale avant d’avancer sur les autres dossiers”, a déclaré le chef de file de l’opposition, Eddie Komboigo.

“Nous devons nous réjouir que dans notre pays, la capacité de dialogue, de travailler ensemble revienne comme étant un cim,ent, une sorte de nécessité pour que nous puissions construire ensemble notre pays”, a affirmé, de son côté, le président de l’alliance des partis de la majorité Vincent Dabilgou, cité par des médias locaux.

Outre la situation sécuritaire, le dialogue politique, qui s’achèvera entre mardi et mercredi abordera a tenue des élections locales prévues en mai 2022 et la réconciliation nationale, a indiqué le ministre burkinabé de l’administration territoriale Clément Sawadogo.

Bouton retour en haut de la page
Fermer