Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a assuré en conseil des ministres qu’il existait “une chance d’obtenir un bon accord”, précisant toutefois que Londres et Bruxelles n’y étaient “pas encore”.

Il y a “une chance d’obtenir un bon accord mais nous n’y sommes pas encore”, a déclaré le dirigeant conservateur à ses ministres, d’après un porte-parole de Downing Street.

Il reste toujours “un certain nombre de questions en suspens”, a ajouté le porte-parole, notant que le gouvernement a donné au Premier ministre son “entier soutien” pour continuer à travailler.

Le dirigeant conservateur a également tenu des discussions avec le parti unioniste nord-irlandais DUP, allié des conservateurs au Parlement, qui joue un rôle clé vu l’importance de la question irlandaise. Il a également reçu des députés de son parti conservateur.

Le président de l’European Research Group, Steve Baker, qui rassemble les conservateurs les plus pro-Brexit, a estimé que “l’accord (en négociations, ndlr) semble tolérable”.

Selon lui, le Premier ministre a assuré que l’Irlande du Nord resterait dans un territoire douanier commun avec le reste du Royaume-Uni, un point crucial des négociations. Mais “tant que nous n’avons pas le texte, nous n’allons pas prendre de décision”, a-t-il ajouté.

Les négociations se poursuivent mercredi entre Bruxelles et Londres pour tenter d’arracher un accord sur le Brexit, avec de “bons progrès” même si l’UE restait suspendue à un feu vert britannique, à quelques heures d’un sommet européen crucial jeudi et vendredi.

Bouton retour en haut de la page
Fermer