La Commission européenne a appelé le Royaume-Uni à avancer au plus tôt de nouvelles propositions concernant le Brexit.

“Notre hypothèse de travail est que le Brexit devrait intervenir le 31 octobre et que cela devrait se faire sur base d’un accord”, a indiqué à la presse une porte-parole de l’exécutif européen.

“Pour que ce soit le cas, bien sûr, plus tôt nous recevrons des propositions sur lesquelles travailler, mieux ce sera”, a ajouté la porte-parole qui a refusé de commenter la demande du Premier ministre Boris Johnson de suspendre le Parlement.

Le nouveau chef du gouvernement britannique a annoncé mercredi la suspension du Parlement jusqu’au 14 octobre, soit deux semaines avant la date prévue du Brexit.

Le Parlement britannique est traditionnellement suspendu plusieurs semaines en septembre en raison des conférences annuelles des partis politiques, mais, dans le contexte actuel, les médias britanniques estiment que la suspension du Parlement a pour but d’empêcher les députés de s’opposer à une sortie sans accord de l’Union européenne (UE) le 31 octobre.

La position ferme de Boris Johnson de quitter l’UE “arbitrairement” et “sans aucun plan préalable” divise profondément le Royaume-Uni, déjà plongé dans l’incertitude depuis l’annonce du résultat du référendum sur le Brexit.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avait eu mardi une nouvelle rencontre avec le Premier ministre britannique, tandis que des discussions techniques sont toujours en cours entre délégations européenne et britannique. Le négociateur britannique pour le Brexit, David Frost, devait notamment rencontrer ses interlocuteurs mercredi.

Bouton retour en haut de la page
Fermer