Londres et Singapour ont signé jeudi un accord de libre-échange au moment où les espoirs d’un compromis avec l’Union européenne sur le Brexit s’amenuisent.

Le document a été signé à Singapour par les ministres du Commerce des deux pays, a constaté un journaliste de l’AFP, et portera sur des échanges de 22 milliards de dollars par an.

Cet accord avec la cité-Etat, plateforme financière et commerciale majeure, devrait fournir au Royaume-Uni un appui important en Asie alors que le pays négocie sa sortie de l’Union européenne.

Londres a signé son premier accord commercial bilatéral majeur post-Brexit avec le Japon en octobre. Mais cet accord est le premier avec un pays membre de l’Asean, l’Association des Nations d’Asie du Sud-Est qui compte 10 membres et quelque 650 millions d’habitants.

La ministre britannique du Commerce international Liz Truss a salué le leadership de Singapour en faveur du libre-échange, après avoir signé cet accord avec l’ancienne colonie britannique qui cultive des liens étroits avec Londres.

“A présent que le Royaume-Uni est redevenu une nation commercialement indépendante, nous sommes libres de rejoindre cette campagne” pour le libre-échange, a-t-elle indiqué.

“Singapour est le principal partenaire commercial et d’investissements du Royaume Uni en Asean, tandis que le Royaume-Uni est la première destination des investissements singapouriens en Europe”, a-t-elle souligné.

Cet accord “apporte aux entreprises britanniques une plateforme pour accéder aux opportunités dans la région via Singapour”, a observé de son côté le ministre singapourien du Commerce Chan Chun Sing.

Dans le détail, l’accord prévoit la suppression de droits de douane, ouvre un accès réciproque aux marchés des services et réduit les barrières non tarifaires sur les biens électroniques, les véhicules et pièces de rechange, les produits pharmaceutiques et appareils médicaux, ainsi que sur la production d’énergie renouvelable.

Bouton retour en haut de la page
Fermer