L’économie britannique a terminé 2019 en stagnation, sous la pression de l’incertitude liée à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne et du ralentissement de la croissance mondiale, ressort-il d’une enquête réalisée par Chambre britannique du commerce (BCC) auprès des entreprises.

Le dernier aperçu économique de la BCC, basé sur un sondage réalisé auprès de 6.500 entreprises à travers le pays en novembre dernier, a également brossé un tableau “sombre” de l’économie britannique à la fin de la dernière décennie.

Selon l’enquête, le secteur des services, qui représente près de 80% de la production économique britannique, s’est dégradé au dernier trimestre de 2019. Par ailleurs, les indicateurs des exportations et des commandes intérieures des usines ont été négatifs pendant deux trimestres consécutifs pour la première fois en une décennie et les plans d’investissement des fabricants ont atteint un creux dans l’intervalle de huit ans.

Le cash-flow, indicateur clé de la santé des entreprises, s’est toutefois légèrement amélioré par rapport à son niveau le plus bas en huit ans mais est resté très faible dans les industries manufacturières et de services.

“L’économie britannique a fléchi au cours du dernier trimestre de 2019”, a commenté Suren Thiru, directeur économique de la BCC, ajoutant que “le quatrième trimestre a été caractérisé par un ralentissement généralisé du secteur des services dominant, vu que tous les indicateurs clés s’étaient affaiblis, dans un contexte de morosité des dépenses des ménages et de pressions écrasantes sur les coûts”.

Malgré certaines améliorations, les indicateurs du secteur manufacturier restent très faibles par rapport aux normes historiques, a-t-il poursuivi, notant qu'”un secteur des services défaillant, associé à une activité manufacturière apathique, laisse entrevoir un ralentissement de la croissance du PIB britannique au quatrième trimestre de 2019″.

La BCC prévoit en outre un ralentissement de la croissance économique à 0,2% au cours des trois derniers mois de 2019, contre 0,3% au troisième trimestre, tandis que la Banque centrale d’Angleterre (BoE) s’attendait à une croissance de seulement 0,1% au quatrième trimestre, lorsque les dépenses publiques ont stagné et de nombreuses entreprises ont suspendu leurs plans d’investissement avant les élections en raison de l’incertitude du Brexit.

D’après les prévisions de la BCC, la croissance économique au Royaume-Uni devrait ralentir à 1% en 2020, ce qui constituerait la performance la plus faible depuis 2009.

Bouton retour en haut de la page
Fermer