Fracassé par la vie, l’ancien démolisseur des poids lourds s’est révélé très affûté dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux. Une forme retrouvée pourrait être le prétexte d’un retour, à bientôt 54 ans.

L’idée d’un retour de Mike Tyson agite toute la chaîne du boxing business. Dans un second post vidéo, Mike Tyson a lancé « I am back ! » (« Je suis de retour ! »), face caméra. « Il a un oeil rieur, décrypte le poids lourd Carlos Takam, installé à Las Vegas. Je pense qu’il joue. Et ça a bien marché vu le buzz. » Des petits clips promotionnels pour tester le marché ?

« J’ai un immense respect pour Tyson, poursuit Takam, mais un retour serait une erreur. Il a été absent trop longtemps pour tenir 12 reprises. À moins que les fédérations n’ouvrent une branche seniors avec des combats en quatre rounds. » Un circuit senior, en voilà une idée alléchante pour les fédérations de boxe pro, si promptes à multiplier titres et sous-titres de pacotille. D’autant que les volontaires se bousculent. Les Américains James Toney (51 ans) et Shannon Briggs (48 ans), l’Anglais Danny Williams (46 ans) se sont mis sur les rangs. Tout comme l’inévitable Evander Holyfield (57 ans).

Holyfield vs Tyson III ? Voilà une exhibition de quinquas qui risque d’attirer les foules. Avec un story telling prémâché. Après avoir été battu une première fois par Holyfield, en novembre 1996, Tyson avait été disqualifié au 3e round lors de la revanche, sept mois plus tard. Agacé par Holyfield, qui utilisait les coups de boule comme un troisième poing, Tyson avait disjoncté et lui avait mordu l’oreille avant d’en recracher un morceau.

Depuis, les deux hommes se sont rabibochés. Avec humour. Dans un spot de pub pour Foot Locker, en 2013, Tyson sonnait à la porte d’Holyfield l’air penaud. Et, la semaine passée, dans un post vidéo clin d’oeil, Holyfield a montré qu’il pouvait bien attacher un masque anti Covid-19 à son oreille. Reste que, à 57 ans, Holyfield traîne un problème cardiaque au ventricule gauche depuis 1994, même s’il assure avoir été guéri par sa foi.

Bouton retour en haut de la page
Fermer