La part de la capitalisation boursière détenue par des étrangers s’est élevée à 31,94% à fin 2019, pour un montant de 200,19 milliards de dirhams (MMDH), demeurant ainsi quasiment au même niveau que l’année pécédente (32,56%), selon l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC).

En montants investis, les capitaux étrangers ont augmenté de 5,61%, précise l’AMMC dans son rapport sur l’investissement étranger en instruments financiers, attribuant cette progression à une hausse des prix des actions cotées composant les portefeuilles des étrangers.

A fin 2019, l’investissement étranger a couvert l’ensemble des entreprises cotées à la bourse de Casablanca à des niveaux variables, en référence à leur capitalisation boursière, ajoute le rapport, notant que pour 50 sociétés, l’investissement étranger représente moins de 25% de leur capitalisation boursière, dont 43 sociétés pour moins de 10%.

Pour 9 sociétés, l’investissement étranger représente une part comprise entre 25% et 50%, 7 sociétés ont une part du capital entre 50 et 75%, alors que 9 sociétés ont une part du capital détenu par les étrangers représentant plus de 75%.

Rappelant que toute participation qui représente plus de 4 % du capital d’une société cotée est qualifiée de stratégique, l’AMMC a souligné que les participations stratégiques dominent l’investissement étranger en titres cotés, puisqu’elles représentent plus de 91 % du total des montants investis, en quasi-stagnation par rapport au niveau enregistré en 2018.

De manière générale, la part flottante (participations inférieures à 4% du capital) de l’investissement étranger à la Bourse de Casablanca reste marginale dans la mesure où elle ne représente que 2,71% de la capitalisation boursière à fin 2019, fait observer l’AMMC, notant qu’à l’échelle de la capitalisation boursière flottante, la part flottante de l’investissement étranger représente 11,33%.

En termes de participations stratégiques, les deux secteurs “Électricité” et “Équipements électroniques et électriques”, représentés respectivement par les sociétés Taqa Morocco et Nexans Maroc, affichent des taux de détention respectifs de 86% et 84%. Ces secteurs sont suivis par les secteurs “Boissons”, “Télécommunications”, “Ingénieries et biens d’équipement industriels” et “Services aux collectivités” qui sont détenus à plus de 50% par les étrangers.

Bouton retour en haut de la page
Fermer