Face à la prolifération des sources d’information et des fake news, l’Afrique a besoin aujourd’hui plus que jamais de médias crédibles et sérieux, a affirmé jeudi à Rabat, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, M. Nasser Bourita.

Le médias crédibles et sérieux sont plus que jamais nécessaires pour porter les soucis et les ambitions de l’Afrique, a souligné M. Bourita lors d’une rencontre avec les membres du réseau de femmes journalistes africaines, “Les panafricaines”.

Le ministre s’est en outre félicité de l’évolution qu’a connue ce réseau depuis sa création en 2017, notant que l’Afrique a besoin des femmes qui s’engagent pour faire connaître les défis du continent.

“L’Afrique a besoin de vous”, a-t-il lancé aux femmes journalistes présentes lors de cette rencontre, qualifiant de “pertinente” l’initiative de création de ce réseau qui tiendra les 6 et 7 mars 2020 à Casablanca la 3ème édition de son forum qui traitera de la thématique des changements climatiques et leur impact sur le continent.

Abordant cette thématique, M. Bourita a affirmé que le traitement de cette question des changements climatiques est fondamentale pour le développement et la sécurité de l’Afrique.

Traiter la problématique des changements climatiques n’est pas un luxe pour l’Afrique, c’est une question existentielle, une urgence et une nécessité, a-t-il insisté.

Le ministre a aussi mis l’accent sur le rôle important des médias dans la prise de conscience quant à cette question du changement climatique qui est un sujet d’actualité, d’autant plus que l’Afrique paie le prix de ce changement.

M. Bourita a aussi mis en avant la contribution du Maroc à l’effort international de lutte contre les changements climatiques, rappelant que SM le Roi Mohammed VI, alors Prince Héritier, avait participé en 1992 au sommet de la Terre à Rio.

Il a également mis en avant la vision royale claire relative à la lutte contre les changements climatiques aux niveaux national, africain et international, rappelant le classement du Maroc en termes de performances climatiques.

Le ministre a également rappelé que le Royaume a organisé deux conférences des Nations unies sur le climat (COP7 et COP22), faisant remarquer que la COP 22 a été marquée par l’organisation, à l’initiative du Souverain, du sommet africain de l’action.

Ce sommet de l’action a été sanctionné par la création de trois commissions dédiées respectivement au Sahel, au bassin du Congo et aux Etats insulaires de l’Afrique, a-t-il dit, insistant par ailleurs sur la nécessité de passer des discours à l’action.

Il a dans ce sens relevé que Les Panafricaines doivent être les porte-voix d’une Afrique qui passe du plaidoyer à l’action.

Initié en 2017, le réseau Les Panafricaines qui comprend des femmes journalistes issues des 54 pays du continent, ambitionne de contribuer à une plus grande implication des médias africains dans le traitement des questions centrales qui intéressent les opinions publiques en Afrique.

Bouton retour en haut de la page
Fermer