nt7arko-VF

Le champion marocain de surf, Ramzi Boukhiam, s’est dit fier et honoré de représenter le Maroc, le monde arabe et l’Afrique dans les compétitions du surf qui sera l’une des nouvelles disciplines des Jeux Olympique (JO) de Tokyo en 2020.

Dans une déclaration à la MAP, Boukhiam a exprimé sa joie à l’occasion de cet accomplissement sans précédent de réaliser son rêve de se qualifier pour les JO, ajoutant que sa plus grande ambition est “d’honorer le Maroc, le monde arabe et l’Afrique à travers une représentation distinguée à cette grande manifestation sportive mondiale”.

Âgé de 26 ans, ce natif d’Agadir a marqué l’histoire en devenant le premier sportif marocain et arabe à décrocher un ticket de qualification pour les JO de Tokyo prévus l’été prochain (du 26 juillet au 9 août), après avoir occupé la première place du cinquième tour avec 14,50 points à la compétition qualificative pour les JO de Tokyo qui s’est tenue sur la plage de Miyazaki au Japon du 7 au 15 septembre dernier.

Au cours de cette épreuve, à l’issue de laquelle huit cartes de qualification ont été attribuées, (4 pour les hommes et 4 pour les femmes) à raison d’une place pour chaque continent (Europe, Asie, Afrique et Australie, l’Amérique n’est pas concernée), Boukhiam a réussi à réserver une place pour le continent africain.

Ce jeune surfeur s’est distingué à l’ISA World Surfing Games au Japon en affrontant des grands noms, tels que l’américain Kolohe Andino (5è mondialement) et les “requins” brésiliens, Italo Ferreira (1è) et Gabriel Medina (2è), tandis que le Sud-africain Michael February, considéré comme “le seul africain à pouvoir contester la domination du surfeur marocain sur le continent”, est sorti de la compétition, ce qui a permis à Boukhiam de réserver la seule carte de qualification attribuée au continent africain et d’occuper la 6ème place avec grande mérite.

Aux côtés de Ramzi Boukhiam, le continent africain sera représenté dans la compétition de surf aux JO par le sud-africain, Jordy Smith (3è mondialement).

“Je suis venu à Miyazaki , car je savais que j’avais une vraie chance de décrocher cette place. Je me devais de faire mieux que les autres Africains. Je les avais déjà battus, donc je savais que c’était faisable”, a-t-il confié.

Outre sa passion pour le surf, Boukhiam prend plaisir à surmonter toutes les difficultés et obstacles qui peuvent lui faire face, ce qui ne fera “qu’augmenter sa détermination pour réaliser son rêve”, ajoute-il.

Ramzi Boukhiam ambitionne d’offrir une médaille olympique au Royaume, espérant qu’il sera le premier athlète marocain à remporter une médaille dans cette discipline récente aux JO, à l’instar de la catégorie du Karaté dans laquelle le Maroc possède de nombreuses chances de réaliser de bons résultats.

Sur le chemin des JO-Tokyo 2020, les préparatifs de l’événement olympique commenceront dans sa ville natale, où Boukhiam participera à la première compétition professionnelle de la “Pro Taghazout Bay” entre le 25 janvier et le 1er février prochain, qui sera marquée par l’organisation d’une série de compétitions qualificatives pour la Coupe du monde de surf 2020 en présence des plus grands noms internationaux.

Cet événement exceptionnel est une étape majeure et importante dans le parcours des participants à cette manifestation professionnelle, qui disputeront cette compétition pour atteindre la prochaine manche du Championnat du Monde.

Boukhiam a déclaré que son entraîneur et sélectionneur national, Aziz Bouchgua, lui a préparé un programme préparatoire de février à juillet, pour être prêt pour l’événement olympique.

En plus des entraînements intenses, Boukhiam prendra part à des grandes manifestations internationales incluses dans la compétition “World Surf League”, qui est similaire à la ligue professionnelle de tennis, en particulier au Brésil, en Australie (quatre compétitions), en Nouvelle-Zélande, au Portugal (trois compétitions) et au Chili.

Les champions ayant réservé un billet pour les JO jusqu’au 20 décembre dernier, représenteront, en plus du Maroc, l’Afrique du Sud (Jordy Smith), la France, l’Australie, le Brésil, le Costa Rica, les États-Unis, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Pérou et le Portugal.

L’une des réalisations les plus marquantes de Ramzi Boukhiam est le titre de Championnat d’Europe des cadets en 2012 et de vice-champion du monde dans la même catégorie en 2013 derrière le Brésilien Gabriel Medina, actuellement classé deuxième au monde.

nt7arko-VA
Bouton retour en haut de la page
Fermer