L’Agence mondiale antidopage (AMA) a annoncé mercredi qu’elle a retiré les charges qui pesaient sur le sprinteur américain Christian Coleman, après avoir été blanchi lundi par l’Agence antidopage américaine (USADA) alors qu’il était accusé de trois manquements à des contrôles antidopage et risquait jusqu’à deux ans de suspension.

Considéré comme un des favoris sur 100 mètres aux prochains Championnats du monde de Doha (27 septembre – 6 octobre), le sprinter américain est autorisé à courir lors des Mondiaux et que l’AMA ne fera pas d’appel dans ce cas.

L’USADA avait initialement indiqué que l’athlète d’Atlanta avait contrevenu aux règles de localisation le 6 juin 2018, le 16 janvier 2019 et le 26 avril 2019, “parce qu’il ne se trouvait pas à l’adresse qu’il avait indiqué”.

Mais le coureur de 23 ans a bénéficié d’une erreur commise par l’USADA dans l’enregistrement des trois contrôles inopinés supposément manqués sur douze mois.

Vice-champion du monde du 100 mètres et du relais 4 × 100 mètres aux championnats du monde 2017, Christian Coleman est champion du monde en salle 2018 du 60 mètres et détenteur du record du monde sur cette distance.

Bouton retour en haut de la page
Fermer