La campagne pour l’élection présidentielle du 24 novembre a été lancée, samedi, en Guinée-Bissau sur fond de divergences politiques provoquées par le limogeage par le président José Mario Vaz, du gouvernement.

La campagne doit s’achever vendredi 22 novembre pour les douze prétendants, en lice pour cette présidentielle dont M. Mario Vaz, 62 ans, et son ancien Premier ministre, Domingos Simoes Pereira, chef de la majorité menée par le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC).

Le président sortant José Mario Vaz, candidat à sa succession, a nommé, jeudi, par décret un nouveau gouvernement de 17 ministres et 14 secrétaires d’Etat, dirigé par Faustino Imbali, nommé en début de semaine nouveau premier ministre en remplacement d’Aristides Gomes.

Le gouvernement du Premier ministre Aristides Gomes avait été démis lundi soir, avec effet immédiat, en raison de la “grave crise politique qui empêche le fonctionnement normal des institutions de la République”, selon le chef de l’Etat bissau-guinéen.

Une délégation de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), médiatrice dans la crise en Guinée-Bissau, est attendue ce week-end à Bissau pour apaiser la situation.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé vendredi, dans une déclaration adoptée à l’unanimité de ses 15 membres, au respect de la date de la présidentielle en Guinée-Bissau.

Bouton retour en haut de la page
Fermer