Joe Biden a estimé venu “le temps d’agir” contre le “racisme systémique” qui corrompt selon lui “l’âme” de l’Amérique, et a signé mardi de premiers décrets à la portée toutefois limitée.

La mort de l’Afro-Américain George Floyd, asphyxié en mai par un policier blanc, “a marqué un tournant dans l’attitude du pays envers la justice raciale”, a déclaré le président démocrate lors d’une allocution à la Maison Blanche.

“Il est temps d’agir parce que la foi et la morale l’imposent”, parce que le racisme est “corrosif, destructeur et coûteux” pour les Etats-Unis, a-t-il ajouté avant de parapher, entre autres, un décret pour mettre un terme aux prisons fédérales privées.

Pendant sa campagne, le démocrate a conquis les électeurs Afro-Américains en promettant notamment de réformer le système carcéral des Etats-Unis, où les minorités sont surreprésentées.

Le nouveau décret ordonne au ministre de la Justice de ne pas renouveler les contrats des opérateurs privés quand ils arriveront à échéance.

Le président a signé trois autres décrets pour renforcer la lutte contre les discriminations dans le domaine du logement, contre le racisme envers les Américains d’origine asiatique et pour renforcer le dialogue entre son administration et les nations amérindiennes.

Il a pris soin de souligner que la lutte contre le racisme “prendrait du temps” et que d’autres mesures suivraient dans les jours et les semaines à venir.

Bouton retour en haut de la page
Fermer