Le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné la mutinerie militaire qui a abouti à l’arrestation du président malien Ibrahim Boubacar Keita et de membres de son gouvernement mardi à Bamako.

«Le Secrétaire général condamne fermement ces actions et appelle au rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel et de l’Etat de droit au Mali», a affirmé son porte-parole dans une déclaration publiée mardi soir.

A cette fin, M. Guterres a exigé la libération «immédiate et sans condition» du président Boubacar Keïta et des membres de son cabinet, tout en appelant à une solution négociée et à un règlement pacifique de leurs différends.

Il a exprimé son plein appui aux efforts de l’Union africaine (UA) et de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour aboutir à une solution pacifique à la crise actuelle au Mali, notamment par le biais des bons offices de son représentant spécial pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel.

Bouton retour en haut de la page
Fermer