La Pologne a annoncé jeudi qu’elle demanderait à l’Union européenne de mettre en place un fonds de stabilisation pour le Bélarus d’une valeur d’au moins un milliard d’euros, dans le contexte des manifestations sans précédent qui secouent ce pays suite à une élection présidentielle contestée.

“Le fonds devrait être significatif … au moins un milliard d’euros à ce stade”, a déclaré le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue lituanien à Vilnius. “Nous voulons présenter ce plan au Conseil européen” la semaine prochaine, a-t-il ajouté.

Un mouvement de protestation sans précédent a débuté au Bélarus dans la foulée de l’élection présidentielle d’août dernier, que le chef de l’Etat Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, affirme avoir remportée avec 80% des voix.

Des manifestations massives regroupant plus de 100.000 personnes dans ce pays de 9,5 millions d’habitants sont organisées chaque dimanche, demandant le départ du président et réclamant des comptes après la violente répression des premières manifestations.

Celle-ci a fait au moins trois morts, des dizaines de blessés et provoqué des milliers d’arrestations. De nombreux cas de torture et de mauvais traitement dans les prisons du pays ont aussi été documentées. Toutes les figures de l’opposition ont été soit emprisonnées, soit contraintes à l’exil.

L’une des principales figures de l’opposition, arrêtée la semaine dernière, Maria Kolesnikova, a été officiellement inculpée mercredi pour “atteinte à la sécurité nationale”, selon le Comité d’enquête bélarusse.

Bouton retour en haut de la page
Fermer