Des jours après le crash d’un Boeing 737 peu après son décollage mercredi à Téhéran, l’armée iranienne a reconnu que l’avion avait été touché “par erreur” par un missile.

Après avoir démenti des accusations dans ce sens dans un premier temps, l’état-major iranien a finalement reconnu dans un communiqué qu’une “erreur humaine” était à l’origine du crash qui a causé la mort de 176 personnes.

L’appareil, dans lequel 176 personnes ont été tuées, a été pris pour un “avion hostile” et a été “touché” alors que les menaces ennemies étaient au plus haut niveau, indique un communiqué publié par l’agence officielle Irna.

Le Boeing affrété par la compagnie ukrainienne avait été pris pour “un avion hostile”, alors que l’Iran avait justement répliqué à l’assassinat du général Soleimani en frappant des installations américaines en Irak quelques heures plus tôt.

Le général Amir Ali Hajizadeh, chef de la division aérospatiale des Gardiens de la révolution islamique, a déclaré à la télévision d’État que son unité acceptait “l’entière responsabilité” d’avoir abattu l’avion ukrainien, quelques minutes seulement après son décollage de l’aéroport international de Téhéran mercredi.

Le président iranien Hassan Rouhani a blâmé “l’erreur humaine” dans un tweet et l’a qualifié de “grande tragédie et erreur impardonnable”.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Djavad Zarif a, de son côté, présenté les “excuses” de son pays pour un “désastre”, conséquence de l’“aventurisme américain”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer