Les feux de brousse, qui ravagent l’Australie depuis septembre, auront un fort impact sur l’économie du pays-continent, le produit intérieur brut (PIB) devant baisser de 1% en 2020 pour s’établir à 1,90 % contre 2,75% prévus par la Banque centrale, selon AccuWeather.

Les incendies, qui ont fait 28 morts, tué un demi-milliard d’animaux et brûlé plus de huit millions d’hectares, devraient également affecter le PIB australien en 2019, qui devrait chuter à 1,5% contre 1,7% prévu par le gouvernement, a précisé le centre de prévision dans un rapport publié mercredi.

“Un tel impact sur l’économie est rare, mais n’est pas sans précédent”, a expliqué le fondateur et PDG d’AccuWeather, Dr Joel N. Myers, rappelant que “les ouragans Katrina, Sandy et Harvey ont eu des impacts tout aussi importants sur le PIB des États-Unis”.

Outre les dommages causés aux infrastructures, aux maisons, aux entreprises et aux voitures, les incendies ont occasionné des pertes d’emplois, de salaires et de récoltes, ainsi que d’autres pertes économiques associées à la fermeture des écoles et des autoroutes, aux annulations et aux retards de vols, et aux évacuations des populations.

Les autres coûts de cette catastrophe naturelle sans précédent comprennent les coûts de la lutte contre les incendies, les effets sanitaires résiduels actuels et à long terme, notamment les coûts médicaux de l’asthme, de l’emphysème, des crises cardiaques et une éventuelle perte de masse osseuse causés par la pollution issue de la fumée de ces incendies.

Des précipitations importantes et un temps plus frais, le weekend dernier, ont aidé les pompiers à contenir certains incendies dans les Etats de la Nouvelles-Galles du Sud et du Victoria, mais des incendies sont toujours actifs dans ces deux Etats les plus touchés par cette catastrophe naturelle.

Le gouvernement australien s’est engagé à débloquer un fonds de 2 milliards de dollars australiens (1,2 milliard d’euros) sur deux ans, dédiés à la réparation des dommages causés par les incendies.

Bouton retour en haut de la page
Fermer