Le Fonds Monétaire International (FMI) a revu à la baisse, à 1,7%, ses prévisions de croissance pour l’Australie en 2019.

“Cette nouvelle prévision s’inscrit dans le cadre d’un ralentissement économique généralisé, l’économie mondiale devant croître de 3%, soit sa pire performance depuis la crise financière mondiale de 2008-09”, a indiqué le FMI dans son rapport sur les perspectives de l’économie mondiale.

L’économie australienne devrait se redresser en 2020, mais la croissance ne devrait pas dépasser 2,3%, a relevé le Fonds, ajoutant que le taux de chômage dans le pays-continent devrait se situer à 5,1% cette année, bien en deçà des 4,5% que la Banque centrale australienne juge nécessaires pour stimuler la croissance des salaires.

Le Trésorier australien Josh Frydenberg a indiqué que le rapport du FMI met en lumière les difficultés internationales auxquelles est confrontée l’Australie, affirmant toutefois que l’économie du pays-continent “reste saine” avec une forte croissance de l’emploi, une cote de crédit AAA du gouvernement et le “plus faible niveau de dépendance à l’aide sociale depuis trois décennies.

“Alors que l’Allemagne, le Royaume-Uni, Singapour et d’autres économies ont connu une croissance économique négative au mois de juin, l’économie australienne reste résiliente et continue de croître”, s’est félicité M. Frydenberg.

Au début du mois, l’agence de notation financière Fitch avait également revu à la baisse ses prévisions de croissance australienne en 2019 à 1,7%.

Dans son rapport, l’agence de notation prévoit une accélération de la croissance du PIB australien l’année prochaine (+2,3%) et en 2021 (+2,4%).

Le mois dernier, l’économie australienne a ralenti à son rythme le plus lent en une décennie avec une croissance annuelle du PIB de 1,4%, bien en deçà des prévisions de la Banque centrale australienne.

Ainsi, la Banque centrale a comme prévu baissé mardi dernier son principal taux directeur à 0,75%, son plus bas niveau historique, dans un effort visant à relancer l’économie du pays-continent.

La banque centrale australienne a ainsi réduit son taux directeur pour la troisième fois depuis le début de l’année, et elle a exprimé sa volonté de poursuivre l’assouplissement de sa politique monétaire en cas de besoin.

Les marchés financiers ont d’ores et déjà intégré la possibilité d’une quatrième baisse d’un quart de point du taux directeur d’ici au début de l’an prochain, alors que les économistes prévoient une hausse du taux de chômage dans les mois à venir.

Bouton retour en haut de la page
Fermer