La bourse australienne a perdu, jeudi, 63 milliards de dollars en valeur, sa pire journée en près de 18 mois, alors que la crainte d’une récession mondiale s’intensifiait.

L’indice de référence S & P / ASX200 a chuté de 187,8 points, ou de 2,85%, à 6.408,1 points, marquant la plus forte chute d’une journée depuis le 6 février 2018, quand l’ASX200 a perdu 192,9 points, soit 3,2%.

Des chiffres de l’emploi plus forts que prévu montrent que 41.000 emplois ont été créés en juillet, mais ils ne sont pas suffisants pour mettre fin à l’hémorragie dans tous les secteurs du marché, des mines aux produits de consommation.

Les quatre grandes banques australiennes – Commonwealth, Westpac, NAB et ANZ – ont mené les pertes au début des échanges commerciaux, diminuant collectivement de 3%.

Les sociétés minières, qui dépendent fortement de la croissance mondiale continue pour répondre à la demande, étaient également dans le rouge. BHP et Rio Tinto ont cédé 2,8% et 2,7% respectivement.

“Je pense qu’il pourrait y avoir une correction importante à la baisse dans les prochains mois”, a analysé Nick Twidale, fondateur de Xchainge, ajoutant que le seul facteur qui pourrait stimuler le marché serait un accord commercial entre Washington et Pékin.

Toutefois, les perspectives d’un tel accord se sont tassées jeudi lorsque le ministère chinois des Finances a accusé Washington de violer le consensus établi entre Donald Trump et Xi Jinping.

Pékin, particulièrement choqué que Trump ait annoncé 10% de droits de douane additionnels sur 300 milliards de dollars d’exportations chinoises ce mois-ci, a affirmé qu’il va prendre des “contre-mesures”, suggérant que cela va intensifier la guerre commerciale.

Bouton retour en haut de la page
Fermer