Une attaque de drones revendiquée par les rebelles yéménites a provoqué des incendies, samedi, dans deux installations pétrolières en Arabie saoudite, la troisième du genre en cinq mois contre des infrastructures du géant pétrolier Aramco.

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a condamné cette attaque, appelant “toutes les parties à faire preuve de la plus grande retenue, à prévenir toute escalade dans un contexte de tensions exacerbées et à respecter à tout moment le droit international humanitaire”.

De son côté, l’Union européenne (UE) a estimé que cette attaque constitue une «menace réelle pour la sécurité régionale», appelant à la retenue et à éviter l’escalade.

«À un moment où les tensions dans la région sont exacerbées, cette attaque sape les efforts en cours pour éviter l’escalade et restaurer le dialogue», a indiqué le porte-parole de l’UE dans une déclaration rendue publique dimanche à Bruxelles.

Pour l’UE, «il est important d’établir clairement les faits et de déterminer la responsabilité de cette attaque déplorable », a souligné le porte-parole, notant que « l’UE réitère son appel à la retenue maximale et à la désescalade».

Le président américain Donald Trump a, pour sa part, annoncé avoir autorisé l’utilisation de réserves stratégiques américaines de pétrole après les attaques de drones qui ont diminué de moitié la production de pétrole saoudienne.

“Suite aux attaques en Arabie saoudite, qui pourraient avoir un impact sur les prix du pétrole, j’ai autorisé l’utilisation du pétrole de la Strategic Petroleum Reserve, si besoin, pour une quantité qui reste à définir”, a indiqué M. Trump sur Twitter.

Bouton retour en haut de la page
Fermer