L’art du “Wagashi” a été présent lors d’une cérémonie de démonstration et de dégustation de la pâtisserie traditionnelle japonaise, organisée à Rabat au Centre de qualification professionnelle hôtelière et touristique (CQPHT) de Touarga.

Le Wagashi, qui signifie gâteau japonais, est fait à la base d’ingrédients naturels, dont les azuki rouges (haricots) qui sont riches en vitamine B1, en fer et en polyphénol, wasambon-tô (sucre traditionnel japonais) et agar-agar, un produit obtenu après la transformation d’algues. Ils sont souvent offerts comme cadeaux, pour célébrer des événements heureux ou à l’occasion de funérailles. Dans une déclaration à la presse à cette occasion, la ministre du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale, Nadia Fettah Alaoui, a indiqué que cette cérémonie est une occasion de faire connaître le CQPHT de Touarga qui est spécialisé dans la formation des femmes en cuisine marocaine. “Nous voulons faire connaître cette école aux jeunes et attirer beaucoup de femmes, non pas seulement à ce centre mais aussi à d’autres relevant du ministère du Tourisme” pour améliorer leurs compétences en matière de cuisine, a déclaré Mme Fettah Alaoui. Elle s’est dite honorée d’assister à cette démonstration dans ce centre de “qualité”, réputé dans le domaine de formation en tourisme, surtout en matière de cuisine marocaine.

Pour sa part, le directeur du CQPHT de Touarga, Mohammed Belasri, a fait savoir que le centre offre une formation théorique et pratique de deux ans, notant que “les lauréates du centre sont très demandées, vu la diversité de leur cursus”.

M.Belasri a dit apprécier la présence de la cuisine japonaise au Maroc dans le cadre des échanges culturels, se félicitant du rôle de cet événement dans le renforcement de la coopération culturelle entre les deux pays.

Il a, à cet égard, relevé l’intérêt croissant accordé par “beaucoup de Marocains et Marocaines à la culture japonaise, notamment la gastronomie”, estimant que la culture est la base des échanges humains.

“L’organisation de cette démonstration aujourd’hui n’est pas une surprise. Plusieurs pays font des partenariats avec nous, notamment ceux européens”, s’est-il réjoui.

Ces pays sont de plus en plus intéressés à la cuisine marocaine, connue notamment pour la combinaison magique des épices, et s’inspirent de ses secrets, a-t-il ajouté.

De son côté, l’attachée culturelle à l’ambassade du Japon, Miyuki Hamada, a indiqué, dans un mot de circonstance, que le but de cette démonstration est de présenter “la fitness de ce délice japonais et de partager la joie de cet art aux yeux, à la bouche et au cœur”, tout en espérant que “la confiserie japonaise nous rapprochera d’avantage”. Organisée par l’Ambassade du Japon et la Maison Toraya de Paris, en collaboration avec le CQPHT de Touarga, cette démonstration a connu notamment la présence du nouvel ambassadeur du Japon au Maroc. Elle a pour objectif de faire connaître au Maroc l’art du “Wagashi”, encore peu connu dans le Royaume et qui s’inspire de divers aspects de la culture japonaise: les quatre saisons, le mode de vie des Japonais, la littérature, la peinture ou encore la musique.

Cette cérémonie a connu la projection d’une vidéo sur la pâtisserie nipponne avant que le public n’assiste à une démonstration de la cheffe pâtissière, Ono Hazuki, qui a expliqué les particularités du “Wagashi”, en préparant devant l’assistance quelques pièces de cette spécialité culinaire.

Bouton retour en haut de la page
Fermer