Les partisans de l’opposition arménienne ont bloqué mardi les rues de la capitale, Erevan, lançant une campagne de “désobéissance civile” destinée à forcer le Premier ministre Nikol Pachinian à la démission après la défaite au Nagorny Karabakh.

Scandant “L’Arménie sans Nikol!” et “traître”, les manifestants ont bloqué la circulation et paralysé le métro de la capitale, la police procédant elle à des dizaines d’arrestations, selon une journaliste de l’AFP sur place.

Autre symbole de la pression qui s’accentue sur M. Pachinian depuis un accord de cessation des hostilités décrié avec l’Azerbaïdjan, l’influent primat de l’Eglise apostolique arménienne, le Catholicos Guaréguine a appelé mardi à la démission du Premier ministre afin d'”éviter des développements tragiques” face aux “tensions croissantes dans la société”.

La semaine dernière, 17 partis d’opposition avaient donné jusqu’à lundi à M. Pachinian pour quitter le pouvoir et proposé que Vazguen Manoukian prenne son poste.

Nikol Pachinian, 45 ans, arrivé aux affaires à la faveur d’une révolution pacifique en 2018 et qui fait figure de réformateur, est très critiqué depuis la défaite des forces arméniennes face à l’armée azerbaïdjanaise au Nagorny Karabakh.

Un accord humiliant a été signé sous l’égide de Moscou le 9 novembre, accordant d’importants gains territoriaux à l’Azerbaïdjan, même si le Nagorny Karabakh, enclave à majorité arménienne disputée depuis des décennies, survit amoindri.

Plusieurs milliers de personnes ont été tués dans ce conflit dans les deux camps.

L’annonce de l’accord avait provoqué la colère en Arménie et des manifestants avaient investi brièvement et saccagé le siège du gouvernement et le Parlement. Les autorités avaient aussi fait état de l’existence d’un complot visant à assassiner M. Pachinian.

L’opposition a depuis organisé des manifestations quasi quotidiennes en dénonçant M. Pachinian comme un “traître” et appelant à sa démission. Samedi, quelque 10.000 protestataires se sont rassemblés dans le centre de Erevan.

Bouton retour en haut de la page
Fermer