L’inflation a poursuivi sa tendance à la hausse en Argentine et a dépassé les 54% au cours des 12 derniers mois, selon l’Institut national de la statistique.

Selon les données diffusées par les médias locaux, l’inflation a enregistré un taux cumulé de 30% depuis le début de l’année (janvier-août) et touche divers secteurs, notamment les fournitures de maison, la santé et l’alimentation, dont les prix ont augmenté respectivement de 6,1, 5,2 et 4,5%.

Les secteurs des boissons, du divertissement, des services culturels, de la restauration, des hôtels et du vêtement ont connu une augmentation similaire.

Dernièrement, la Banque centrale argentine avait annoncé s’attendre à une inflation d’environ 55% cette année, notant que le PIB devrait reculer de 2,5% à la fin du mois de décembre.

L’Argentine est en récession depuis les premiers mois de l’année dernière.

Depuis les élections primaires du 11 août dernier, le peso argentin a perdu plus de 20% de sa valeur suite à la victoire de l’opposition lors de ce scrutin.

Jeudi, la Chambre des députés argentine avait adopté à une écrasante majorité une proposition de loi instaurant l'”urgence alimentaire” suite à la flambée des prix des denrées alimentaires.

Le texte, présenté par l’opposition, a été approuvé par 222 députés issus aussi bien de la majorité que de l’opposition, avec une seule abstention et aucune voix contre.

Cette initiative législative, soumise au Sénat, vise à augmenter l’aide publique allouée aux catégories vulnérables dont le pouvoir d’achat a été fortement laminé par la hausse de l’inflation et la dévaluation du peso qui s’est aggravée lors des dernières semaines.

Des milliers de personnes se sont rassemblées mercredi et jeudi dans le centre-ville de Buenos Aires pour de nouvelles manifestations contre la politique du gouvernement du président Mauricio Macri.

La demande de l’instauration d’un état d'”urgence alimentaire” a été l’une des principales revendications de milliers de manifestants.

La troisième économie d’Amérique latine se débat depuis le début de l’année dernière dans une grave crise économique marquée par une dévaluation d’environ 50% du peso et une inflation record.

Le pays est plongé depuis 2018 dans une grave crise économique caractérisée par une dévaluation d’environ 50% du peso en monnaie locale et une inflation élevée à des niveaux record, poussant le gouvernement à recourir au Fonds monétaire international pour rechercher un financement de 57 milliards de dollars afin de contenir la crise.

Bouton retour en haut de la page
Fermer