L’inflation a atteint 53,5% au cours des 12 derniers mois en Argentine, a indiqué mercredi l’Institut national des statistiques (INS).

Selon des données de l’INS, largement relayées par les médias locaux, l’inflation s’est chiffrée à 5,9% au mois de septembre dernier, le plus haut niveau de l’année, ce qui porte la hausse des prix depuis janvier à 37,7%.

En septembre dernier, les prix des produits alimentaires ont augmenté de 5,7%, alors que le gouvernement avait annulé une taxe sur des milliers de biens de consommation en août.

Les prix des vêtements par exemple ont augmenté de 9,5%, tandis que les services de santé se sont hissés de 8,3%, selon la même source, qui souligne qu’au cours des deux derniers mois d’août et de septembre, les prix des biens et des services avaient augmenté d’environ 10% à la suite des turbulences au niveau des marchés des changes et de l’effondrement de la monnaie locale.

La Banque centrale d’Argentine s’attend à une inflation d’environ 55% cette année et à un PIB en baisse de 2,5% à la fin du mois de décembre.

Auparavant, la banque centrale a dit prévoir une inflation de seulement 40% et une contraction du produit intérieur brut de pas plus que 1,4%.

Depuis les élections primaires (11 août) des présidentielles du 27 courant, la monnaie locale a perdu plus de 20% de sa valeur, affectée par les résultats de ce premier scrutin remporté par l’opposition.

Le gouvernement argentin a par la suite imposé des restrictions aux personnes physiques et morales en matière d’achat de devises et de change.

Le gouvernement argentin, qui a emprunté environ 57 milliards USD au Fonds monétaire international pour tenter de résoudre la crise économique, a exprimé sa volonté de négocier avec les créanciers pour rééchelonner sa dette extérieure et s’est engagé à empêcher un “déclin chaotique” de la monnaie locale.

Bouton retour en haut de la page
Fermer