La Faculté des sciences et techniques (FST) de Tanger et l’Ecole nationale de commerce et de gestion (ENCG), relevant de l’Université Abdelmalek Essaâdi, organisent, du 21 au 26 décembre, une conférence internationale sur “les nouvelles technologies et leur rôle dans l’amélioration de l’apprentissage électronique et des compétences académiques”.

La conférence des Systèmes intelligents avancés pour le développement durable (AI2SD 2020), dont les travaux se tiennent en présentiel et en visioconférence, connaît la participation de plus de 200 chercheurs, et la présentation de plus de 48 exposés scientifiques de haut niveau et 270 recherches académiques réalisées par des chercheurs et des experts représentant 19 pays.

Cette 3è édition de la conférence, qui intervient après celles tenues à Tanger et Marrakech, se penche sur les systèmes intelligents avancés appliqués à l’agriculture, l’énergie, la santé et l’environnement.

Les participants à cette rencontre discuteront d’articles scientifiques qui traitent de la contribution de l’innovation technologique au développement durable, l’apprentissage et à la santé, ainsi que de l’importance des énergies renouvelables dans la protection de l’environnement, les applications des technologies vertes dans le domaine de la construction, l’Internet des objets, l’analyse des mégadonnées et d’autres technologies, a indiqué le président de la conférence, Pr. Mustapha Ziani.

La conférence, qui se déroule en présentiel et à distance, dans le cadre du respect des mesures préventives de lutte contre la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus, constitue une occasion pour examiner les “bonds” enregistrés au niveau de l’utilisation de la “technologie à distance”, a-t-il expliqué, mettant en avant la contribution des experts marocains au développement de cette technologie.

Pour sa part, le doyen de la Faculté de médecine de pharmacie de Tanger, Mohamed Ahallat, s’est arrêté sur la contribution des nouvelles technologies à l’enseignement, la formation et à la médecine, donnant l’exemple du secteur de la médecine, où ces technologies sont devenues “fondamentales”, grâce à la création d’appareils d’assistance, visant à contrôler les fonctions vitales du corps et à faciliter le travail des chirurgiens et des médecins.

Il a, en outre, appelé à la création de passerelles académiques dans les domaines de formation des médecins et des ingénieurs, afin de réaliser un bond qualitatif dans les innovations biomédicales, notant que ces passerelles visent à apporter des solutions à un certain nombre de problèmes rencontrés par les médecins.

Quant à Yan xiaohong, de l’Université chinoise Jiangsu, il a précisé, dans une allocution prononcée à distance, que la technologie contribue au développement et au progrès, évoquant dans ce sens les efforts déployés par l’Université Jiangsu pour le développement de technologies et d’équipements agricoles pour nombre de pays africains.

La conférence, qui sera marquée par l’organisation d’une rencontre sur le rôle de la technologie de l’information dans la crise du coronavirus et son impact dans la refonte du système éducatif au Maroc, est l’occasion de rassembler les expertises des chercheurs, des développeurs et du secteur privé, afin d’établir des partenariats entre les universités marocaines et étrangères, dans le but de développer des projets dans différents domaines de la recherche scientifique.

Bouton retour en haut de la page
Fermer