L’expérience marocaine en matière de lutte contre le terrorisme est une expérience pilote qui a opéré une véritable mutation en passant de la prévention à l’immunisation, a souligné, mercredi à Rabat, le Secrétaire général de de la Rabita Mohammadia des Oulémas, Ahmed Abbadi.

S’exprimant lors d’une conférence organisée au Centre culturel chinois, à l’invitation de l’ambassadeur de la Chine au Maroc, sous le thème “De la réalisation de la mutation de la prévention à l’immunisation dans la lutte contre le terrorisme: Une lecture de l’expérience marocaine”, M. Abbadi a indiqué que l’approche marocaine en la matière est multidimensionnelle et unique en raison de sa complémentarité.

Cette singularité, a-t-il expliqué, se manifeste dans le fait qu’il s’agit d’une approche globale de développement découlant de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) en tant que modèle marocain reconnu pour caractère unique, son efficacité et son efficacité. Il s’agit aussi, selon lui, d’une approche sécuritaire très vigilante, ainsi que d’une approche religieuse intégrée qui englobe des dimensions liées au travail dans les mosquées, à la production scientifique et à l’encadrement de la jeunesse et de l’enfance”.

M. Abbadi a relevé, dans ce sillage, que le Royaume a commencé très tôt à démanteler le discours de l’extrémisme et à réagir de manière efficace à ses propos, à travers l’adoption d’une approche basée sur la compréhension du contexte social, économique et des droits de l’Homme, l’identification des circonstances qui font d’une personne la cible des extrémistes, outre le développement d’un programme de réconciliation avec soi et avec le texte religieux, les lois et la législation dans sa dimension humaine et avec l’environnement d’investissement dans sa dimension économique.

“Cette approche s’est révélée efficace dans le domaine de la réconciliation en prison des personnes détenues pour actes terroristes et apologie de l’extrémisme ayant bénéficié d’accompagnement de la part de la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH), de la Rabita Mohammadia des Oulémas et d’autres partenaires”, a-t-il fait savoir, ajoutant que ces initiatives ont entraîné des changements parmi ces détenus au cours de la cinquième édition de réconciliation et que certaines personnes libérées à la suite d’une grâce royale œuvrent aujourd’hui dans un cadre institutionnel et pratiquent “l’éducation par les pairs”.

S’agissant d’immunisation, M. Abaddi a plaidé pour une méthodologie reposant notamment sur des stratégies visant à renforcer la pensée critique par le biais de la “gamification” plutôt que par des conférences, de l’éducation par les pairs et de la responsabilisation des formateurs.

Et d’ajouter que l’approche marocaine a également entraîné une mutation dans la conception des programmes éducatifs en tant que processus de germination précoce, où les ministères de l’Éducation nationale, des Habous et des Affaires islamiques, chargés par SM le Roi Mohammed VI de réviser les programmes éducatifs, ont abouti à la production d’environ 29 manuels contenant des concepts alliant authenticité et anticipation.

Cette initiative a permis à l’expérience marocaine de passer de la simple prévention à l’immunisation, c’est à dire à la création d’immunités permettant aux enfants et aux jeunes de résister à travers la connaissance et les valeurs morales, a poursuivi M.Abbadi, soulignant que cette approche a été illustrée par le programme du développement d’une conduite civique dans le milieu scolaire, lancé par le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Pour sa part, l’ambassadeur de la Chine au Royaume, Li Li, a indiqué que cette rencontre est la première d’une série de conférences qui seront organisées au centre culturel chinois en vue de renforcer l’échange intellectuel et culturel entre la Chine et le Maroc, y voyant une opportunité pour bénéficier de l’expérience et de la vision “avancée” du Royaume en matière de lutte contre l’extrémisme et le terrorisme.

La conférence d’aujourd’hui se veut un échange d’idées à propos des sujets d’actualité qui intéressent la société internationale, eu égard à leurs effets sur la stabilité et la sécurité des sociétés, a fait savoir le diplomate chinois, ajoutant que le gouvernement de son pays a pris plusieurs mesures pour faire face à l’extrémisme et au terrorisme, ce qui lui a permis de contrôler la situation et de concevoir une expérience particulière dans ce domaine, favorisant ainsi un développement social et économique dans la région.

Bouton retour en haut de la page
Fermer