La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a organisé, mercredi 7 août, au Centre de réforme et de rééducation Ain Sebaa à Casablanca, une cérémonie pour fêter les pensionnaires lauréats des différents programmes d’éducation et d’alphabétisation, sous le slogan “Ma réussite est une distinction pour moi et pour ma famille”.

Le Délégué général Mohamed Saleh Tamek, a félicité, dans une allocution lue en son nom, les lauréats ayant obtenu des scores élevés pour l’exercice 2018/2019, mettant en relief le sens de créativité qu’ils ont démontré, leur capacité d’auto-développement et la détermination d’atteindre l’excellence.

M. Tamek a réaffirmé l’attention spéciale que porte la DGAPR au volet éducatif, à la formation et à l’alphabétisation, en conformité avec les hautes orientations royales et dans le cadre d’une coordination et d’une coopération continues avec les partenaires institutionnels et associatifs, à leur tête la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus.

Les résultats probants réalisés au terme de cette saison confortent l’intérêt grandissant pour l’éducation et la qualification en faveur des pensionnaires et le souci de la Délégation générale quant à la garantie des droits d’accès à l’enseignement, à la culture et à la distraction, a-t-il dit.

Le nombre d’inscrits aux différents programmes à l’échelle nationale a été de l’ordre de 24.375 pensionnaires pour l’année scolaire 2018/2019, à savoir 4.338 élèves dans les cycles de l’enseignement (primaire, collège et lycée), 10.108 bénéficiaires de la formation professionnelle, agricole et artisanale et 9.929 candidats aux programmes d’alphabétisation.

Au total 367 pensionnaires ont réussi les examens du baccalauréat, en hausse de 10,54% par rapport à l’exercice précédent.En fait, il s’agit d’un taux de réussite au-dessus de la moyenne nationale chez les candidats libres et ce, pour la cinquième année consécutive.

La cérémonie a été marquée par le témoignage poignant d’un pensionnaire âgé de 28 ans, dans lequel il a raconté comment il est, d’abord, passé par les programmes d’alphabétisation pour décrocher une licence en droit au cours de sa période de détention.

Bouton retour en haut de la page
Fermer