Le Maroc a célébré, dimanche 13 octobre, la journée nationale de lutte contre l’analphabétisme, une occasion pour aborder les perspectives d’avenir et jeter la lumière sur les réalisations enregistrés dans ce domaine, notamment celles de l’Agence nationale de lutte contre l’analphabétisme (ANLCA), qui joue un rôle important dans la coordination entre les différents intervenants.

“Ce rôle de coordination et de collaboration interpelle l’agence à adopter une approche participative vis-à-vis de ses partenaires” afin d’intégrer l’alphabétisation dans les stratégies sectorielles et créer une synergie nécessaire pour la réduction du taux de l’analphabétisme aux niveaux escomptés, a souligné le directeur de l’ANLCA, Abdessamih Mahmoud, dans un entretien accordé à la MAP, à l’occasion de la célébration de cette journée.

“Grâce aux efforts de ses différents partenaires, le bilan de l’ANLCA au titre de l’année 2018-2019 s’affiche positif”, s’est félicité le responsable, ajoutant que le nombre de bénéficiaires des programmes d’alphabétisation a atteint 1.131.703 bénéficiaires contre 1.045.974 l’année dernière, soit une augmentation de 8%.

La stratégie de l’ANLCA en matière d’alphabétisation, mise en place par le Conseil d’administration lors de sa troisième session tenue le 8 septembre 2017, décline la vision de l’agence durant la période allant de 2017 à 2021 pour réduire à 20% le taux d’analphabétisme en 2021 et à moins de 10% à l’horizon 2026.

“Environ 90% des bénéficiaires sont des femmes et 52% appartiennent au milieu rural”, a indiqué M.Mahmoud, selon lequel 83% des bénéficiaires sont inscrits au niveau 1 (programme d’alphabétisation) et 17% sont au niveau 2 (programme de post-alphabétisation).

Et d’ajouter que la tranche d’âge la plus dominante est celle de 35-49 ans avec une part de 41%.

L’année 2019, a également connu le lancement du centre des Ressources et d’expertise pour l’alphabétisation (CREA), qui s’inscrit dans le cadre des efforts de l’UNESCO dans l’appui de la stratégie nationale d’alphabétisation notamment en termes d’accès à l’information et de renforcement des dispositifs existants, a poursuivi le directeur de l’ANCLA.

Il s’agit d’une plateforme virtuelle qui vise la mise à la disposition de l’ensemble des ressources et des expertises déjà développés ou qui le seront plus tard au profit de tous les acteurs œuvrant dans le domaine de l’alphabétisation, a-t-il expliqué.

En total, plus de 4,5 millions de personnes ont bénéficié des programmes d’alphabétisation depuis la création de l’ANLCA en 2013, a souligné le responsable, rappelant que plusieurs projets structurants ont été adoptés en vue d’améliorer la qualité et l’impact des programmes d’alphabétisation.

En ce qui concerne la célébration de la journée nationale de lutte contre l’analphabétisme, l’ANLCA envisage, cette année, d’organiser une conférence le 14 octobre à Benguerir ainsi qu’un séminaire le 16 octobre à Rabat en vue de rappeler à la communauté nationale la nécessité de multiplier les efforts pour lutter contre l’analphabétisme.

La conférence, organisée conjointement avec la province de Rhamna et bénéficiant du soutien de l’Institut de coopération internationale de la confédération allemande pour l’éducation des adultes (DVV international), traitera de la thématique des “innovations en matière d’alphabétisation pour la promotion de l’apprentissage tout au long de la vie”.

Le séminaire portera, lui, sur deux thématiques à savoir l’ancrage et la consolidation de la dimension des droits de l’Homme dans les programmes d’alphabétisation et la restitution du projet de mise en place du CREA.

Évoquant les projets futurs en matière de formation qualifiante, M. Mahmoud a indiqué que l’agence s’emploie à créer des passerelles entre les différents programmes d’éducation, de formation et de requalification destinés aux adultes, afin de permettre aux bénéficiaires des programmes d’alphabétisation d’obtenir des certificats leur permettant de passer au niveau de l’éducation formelle et de la formation professionnelle.

Dans ce cadre, l’agence a lancé une étude sur la possibilité d’équivalence entre les niveaux de l’éducation formelle et ceux de l’alphabétisation en coopération avec le Ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

La population est l’ancre du pays, ainsi si éduquée, elle constitue source de stabilité et de sécurité face aux intempéries sociales, politiques, économiques et culturelles, dans le cas contraire, elle freine son progrès et sa croissance. Par conséquent tous les moyens, financiers et humains disponibles, sont à rallier et mobiliser pour garantir le droit à l’éducation de chacun et pouvoir récolter, dans le futur, les fruits des efforts fournis : passer d’un taux d’analphabétisme de 32% en 2017 à moins de 10% à l’horizon 2026.

Bouton retour en haut de la page
Fermer