Hanan Ashrawi, membre du Comité exécutif de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP), a dénoncé les pratiques et violations israéliennes dans la ville occupée d’Al Qods, en particulier le mépris de la liberté de culte.

“Une fois de plus, Israël est déterminé à démontrer son mépris pour la liberté de culte et les religions, comme en témoignent clairement ses violations accrues de la liberté de culte du peuple palestinien, en particulier à Al Qods”, a indiqué Mme Ashrawi dans un communiqué relayé par l’agence palestinienne Wafa.

La responsable palestinienne a en outre relevé qu'”Israël déploie des efforts concertés et systématiques pour exécuter ses plans d’accaparement des terres, accompagnés d’actions visant à faire taire les voix palestiniennes, à effacer la présence palestinienne et à attiser la discorde sectaire”.

“Voilà, en résumé, ce qui se passe à Al Qods, à Al Khalil et dans le reste des territoires palestiniens occupés. C’est dangereux, très insidieux et discriminatoire”, a-t-elle déploré, ajoutant que la liberté de culte est un droit fondamental qui ne doit pas être utilisé comme un “outil de répression politique et d’aspiration coloniale”.

Mme Ashrawi a en outre affirmé que les actions d’Israël à cet égard doivent être combattues et arrêtées. Il s’agit, selon le communiqué, d’un devoir juridique, moral et politique qui incombe à tous les acteurs internationaux responsables.

Les autorités d’occupation israéliennes ont intensifié leurs violations de la liberté de culte pendant le mois de mai, interdisant à des dizaines de Palestiniens l’accès à la mosquée Al-Aqsa, y compris à certains employés de ce lieu de culte, dont son prédicateur d’Al-Aqsa et chef du Conseil islamique suprême, Cheikh Ikrima Sabri.

Aussi, les forces de l’occupation ont interdit à 54 reprises l’appel à la prière dans la mosquée Ibrahimi, à Al-Khalil.

Bouton retour en haut de la page
Fermer