Au débat de haut-niveau de la 74è session de l’Assemblée générale de l’ONU, tenu tout au long de cette semaine à New York, le Maroc est venu porteur d’initiatives majeures qui répondent aux multiples enjeux de l’heure, allant du changement climatique à la paix et la sécurité, en passant par les Objectifs de développement durable et les attentes du continent africain, dans le cadre d’un système multilatéral efficient.

La participation marocaine à ce rassemblement mondial “s’est fondée sur des acquis et des atouts qui, grâce à la vision de SM le Roi Mohammed VI, confère au Maroc une place particulière dans un contexte international et régional très particulier”, a indiqué le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, M. Nasser Bourita, dans une déclaration à la presse vendredi.

Dans ce contexte régional et international marqué par une succession de crises politiques, économiques, et au niveau du système multilatéral, le Maroc, a-t-il dit, est venu pour contribuer et participer au débat, “porteur d’initiatives, d’idées, et également d’interpellations de ce système multilatéral afin de le rendre plus efficace et davantage en adéquation avec les enjeux et les attentes des populations du monde”.

A cet égard, le ministre a cité en particulier le message Royal adressé au Sommet Action Climat des Nations-Unies, dont lecture a été donnée par SAR la Princesse Lalla Hasnaa, Présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, “qui a démontré que le Royaume est allé au-delà de ses engagements dans le domaine de la lutte contre le changement climatique en prenant des initiatives volontaristes et concrètes, et en lançant des programmes pour contribuer à la réalisation des dispositions de l’accord de Paris sur le climat”.

Il a aussi rappelé le lancement, à l’occasion de ce Sommet, par SAR la Princesse Lalla Hasnaa de l’initiative “The African Youth Climate Hub” dans le but de favoriser un espace positif d’échange et de soutien concret pour les jeunes africains.

En plus de l’action nationale, le Maroc s’est, effet, inscrit dans une coopération régionale, avec les pays africains pour apporter son expertise et partager son expérience dans le domaine des changements climatiques, a poursuivi M. Bourita.

D’autres initiatives ont été également lancées par le Royaume au cours de cette session, portant sur la sécurité alimentaire, la couverture sanitaire universelle, la lutte antiterroriste -le Maroc assurant la présidence du Forum mondial de lutte contre le terrorisme (GCTF) pour la 5è année consécutive-, en plus de la présidence d’une session du Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine, axée sur l’interaction entre paix, sécurité et développement.

Le ministre a relevé, à cet égard, la forte présence de la dimension africaine dans les initiatives marocaines, soulignant que conformément aux Orientations Royales, le Royaume se positionne comme porte-voix de l’Afrique sur l’ensemble de ces questions, “non seulement en termes de discours mais aussi en termes d’actions et d’initiatives”.

“Ceci donne au discours du Maroc plus de crédibilité lorsqu’il interpelle le monde et la communauté internationale de porter une attention accrue et plus d’intérêts aux problèmes du continent africain”, a-t-il souligné.

Par ailleurs, M. Bourita a indiqué que la question du Sahara marocain a été évoquée, notamment lors de ses entretiens bilatéraux avec des pays membres du Conseil de sécurité, ainsi qu’avec des pays qui rentrent, à partir du mois de janvier prochain, au Conseil de sécurité.

Il a précisé, à cet égard, que ses discussions avec le Secrétaire général de l’ONU ont porté sur la question du Sahara, “sur la base des acquis réalisés par le Maroc au cours des dernières années sur ce dossier, mais aussi par rapport à des fondamentaux et des paramètres qui ne souffrent d’aucune ambiguïté et qui ne peuvent faire l’objet d’aucune négociation, en ce sens qu’il s’agit d’un dossier d’intégrité territoriale du Maroc qui ne peut être résolu que dans le respect de l’intégrité territoriale et de l’unité nationale du Royaume dans la cadre de l’initiative de l’autonomie”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer