Les violences xénophobes qui secouent actuellement l’Afrique du Sud ont fait 15 morts, selon un nouveau bilan de la police.
Sept de ces morts sont directement liés aux incidents à Pretoria et Johannesburg, a indiqué Elias Mawela, commissaire de la police de Gauteng, la province qui abrite les deux métropoles.
Le responsable a refusé de dévoiler la nationalité des victimes.
La police de Gauteng, qui abrite une large communauté d’expatriés africains, a fait état de 423 arrestations liées aux violences.
Les violences, qui ont éclaté il y a une semaine à Pretoria avant de se propager à Johannesburg, ont provoqué une tension dans les relations de l’Afrique du Sud avec les pays africains notamment le Nigeria.
Des menaces de représailles ont amené l’Afrique du Sud a fermé provisoirement son ambassade au Nigeria. L’opérateur de téléphonie mobile, MTN, et la chaine de distribution, Shoprite, deux grandes compagnies sud-africaines implantées au Nigeria, ont fermé leurs antennes dans ce pays.
A Lubumbashi, deuxième plus grande ville en République Démocratique du Congo, des manifestations ont été organisées devant le siège du consulat sud-africain et des commerces tenus par des ressortissants sud-africains ont été pillés.
La ministre sud-africaine des Relations internationales et de la Coopération, Naledi Pandor, a indiqué que les violences dans son pays étaient motivées par l’«Afrophobie», soulignant que son gouvernement œuvre pour rétablir le calme.

Bouton retour en haut de la page
Fermer