L’économie sud-africaine, en difficulté depuis plusieurs années, fait face au risque d’une nouvelle contraction au troisième trimestre de l’année en cours, suite à la mauvaise performance des secteurs manufacturier et des mines, indiquent jeudi les analystes.

Selon des chiffres publiés jeudi, le secteur des mines s’est contracté de 3,2% en août dernier, une contraction qui illustre que l’économie n’arrive toujours pas à retrouver sa vitesse de croisière, soulignent les analystes de la place financière de Johannesburg.

D’après eux, la production de ce secteur, qui contribue à hauteur de 8 pc du Produit Intérieur Brut du pays, devra rester inchangée.

Pour sa part, le secteur manufacturer s’est contracté en août dernier pour le troisième mois consécutif. Ces données mettent l’économie sud-africaine face à un réel risque de contraction au troisième trimestre de 2019, indique John Ashbourne, économiste au cabinet Capital Economics.

Mercredi, la Banque mondiale a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour l’Afrique du Sud pour les deux années à venir, citant l’incertitude politique qui prévaut dans le pays et l’impact financier de la crise qui affecte la compagnie nationale d’électricité.

Ainsi, l’institution de Bretton Woods estime que l’économie sud-africaine réalisera une croissance de 0,8% en 2019, soit le même taux qu’en 2018. En 2020, la croissance grimpera à 1% et à 1,3% en 2021.

Bouton retour en haut de la page
Fermer