Le Fonds monétaire international (FMI) a appelé, jeudi, le gouvernement sud-africain à accélérer les réformes pour relancer l’économie qui pâtit d’une croissance moribonde, d’une détérioration de la situation budgétaire et d’une hausse de la dette.

“Bien que l’Afrique du Sud jouisse d’atouts indéniables et inexploités, les risques qui guettent son économie continuent de miner le potentiel du pays”, a indiqué l’institution de Bretton woods qui a publié les résultats de ses consultations de novembre 2019 avec le Trésor sud-africain.

Après la Banque mondiale, le FMI a récemment revu à la baisse ses prévisions de croissance pour l’Afrique du Sud, estimant que son Produit Intérieur Brut (PIB) devra croitre de seulement 0,8 pc en 2020 contre une prévision initiale de 1,1 pc.

Selon l’institution, qui se rend dans le pays de Nelson Mandela deux fois par an pour évaluer les politiques gouvernementales et formuler des recommandations, cette révision intervient en raison de contraintes structurelles et de la détérioration des finances publiques.

L’Afrique du Sud a besoin de créer un environnement propice aux investissements du secteur privé et d’adopter une approche radicale pour la mise en œuvre des réformes structurelles et stimuler la croissance économique, a noté le FMI.

Il s’agit notamment de réduire les coût d’entrepreneuriat, rationaliser les dépenses des entreprises publiques, améliorer la gouvernance, promouvoir la concurrence sur les marchés de produits et remédier au problème du chômage, a expliqué le FMI.

Depuis la crise économique et financière internationale de 2008/2009, l’Afrique du Sud n’a pas pu renouer avec les années fastes qui avaient suivi la fin de l’apartheid en 1994.

Des compagnies sud-africaines ont annoncé, depuis le début du mois de janvier, des plans visant la suppression de plus de 6.000 emplois, un chiffre qui témoigne de la crise économique et sociale qui affecte ce pays compté parmi les plus industrialisés du continent africain.

Les entreprises publiques du pays, dont Eskom et la compagnie aérienne (SAA), souffrent actuellement d’une grave crise financière, avec un endettement sans précédent.

Bouton retour en haut de la page
Fermer