Frappée par une grave crise économique aggravée par la pandémie du Coronavirus, l’Afrique du Sud continue de vivre au rythme d’une véritable hémorragie du marché de l’emploi.
Une étude, rendue publique mercredi, a montré que plus de trois millions d’emplois ont été perdus dans le pays entre février et avril derniers.
D’après l’étude, dont les résultats ont été publiés par les médias, pas moins de 1,5 millions d’emplois sont menacés dans le pays.
L’impact de l’hémorragie est ressenti en particulier dans les rangs des femmes. Sur les trois millions des postes perdus entre février et avril, deux millions étaient occupés par des femmes, indique l’étude.
Par ailleurs, l’étude a conclu que la pandémie du Coronavirus a aggravé les inégalités et la pauvreté dans le pays.
« La pandémie du Covid-19 représente le plus grave choc social et économique », indique Noc Spaull, qui a contribué à l’élaboration de l’étude, notant que l’impact de la pandémie devra continuer à aggraver les déficits sociaux dont souffre l’Afrique du Sud.
Des chiffres publiés récemment par le département des statistiques (StatSA/gouvernemental) ont montré que le taux de chômage a atteint au premier trimestre 2020, 30,1 pc de la population active en Afrique du Sud.
Ce pays, compté parmi les plus industrialisés du continent africain, est englué depuis plus d’une décennie dans une crise caractérisée par une croissance molle, la détérioration des finances publiques et le chômage de masse.
Son économie est retombée dans la récession au dernier trimestre de l’année dernière.
Sur l’ensemble de 2019, son produit intérieur brut (PIB) n’a augmenté que de 0,2 pc, sa plus faible progression depuis la tempête financière mondiale de 2008.
Selon les dernières prévisions des institutions financières internationales et de la Banque centrale sud-africaine, la pandémie du Covid-19 devrait faire reculer la croissance économique sud-africain d’environ de 6 pc en 2020.

Bouton retour en haut de la page
Fermer