Le Groupe de la Banque mondiale (BM) et le Fonds monétaire international (FMI) ont réuni vendredi les dirigeants africains, les partenaires bilatéraux et les institutions multilatérales pour accélérer l’action sur la réponse COVID-19 dans les pays africains.

Lors d’une réunion virtuelle dans le cadre des assemblées du printemps des deux institutions basées à Washington, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, le Président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, et des responsables de chaque pays ont décrit leurs plans politiques pour une utilisation efficace des ressources, tandis que des organisations multilatérales, notamment les Nations Unies ont promis leur soutien continu, et les partenaires bilatéraux ont réaffirmé leur engagement à un gel de la dette à compter du 1er mai 2020.

Cela vient en réponse aux appels du président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass, de la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, et d’autres partenaires pour les créanciers de suspendre les remboursements de la dette afin d’apporter un soutien indispensable aux pays les plus pauvres.

Ensemble, les créanciers officiels ont mobilisé jusqu’à 57 milliards de dollars pour l’Afrique en 2020 seulement – dont plus de 18 milliards de dollars du FMI et de la Banque mondiale chacun – pour fournir des services de santé de première ligne, soutenir les pauvres et les vulnérables et maintenir les économies à flot pour faire face au pire ralentissement économique mondial depuis les années 1930.

Le soutien des créanciers privés cette année pourrait s’élever à environ 13 milliards de dollars. C’est un début important, mais le continent a besoin d’environ 114 milliards de dollars en 2020 dans sa lutte contre le COVID-19, ce qui laisse un déficit de financement d’environ 44 milliards de dollars, estiment les institutions de Bretton Woods.

Le Groupe de la Banque mondiale et le FMI ont suggéré une gamme d’options de financement et d’outils politiques dans le cadre de la riposte à la pandémie, dont beaucoup sont envisagés par les pays africains pour planifier les impacts à moyen et long terme de la crise. Il s’agit notamment de financements supplémentaires de la part des créanciers publics et privés.

«Le Groupe de la Banque mondiale met toute sa capacité à travailler pour les populations africaines dans leur lutte contre cette pandémie», a déclaré David Malpass.

“Le monde a rarement connu une crise de cette ampleur, et personne ne peut rester sur la touche. Nous ne pouvons laisser aucun pays derrière nous. Nous avons jusqu’ici fourni un soutien d’urgence à 30 pays africains, avec d’autres à venir, et continuera de plaider en faveur de l’allégement de la dette et de l’augmentation des ressources, en particulier pour les pays les plus durement touchés par COVID-19”, a-t-il assuré.

“Notre message est clair: nous sommes solidaires de l’Afrique: grâce à nos engagements aujourd’hui, nous nous ‘mobilisons avec l’Afrique’ pour aider à atténuer le coup de COVID-19 sur le continent”, a déclaré Kristalina Georgieva.

“La pandémie a un impact monumental à travers l’Afrique et le FMI se penche en avant avec de nombreux autres partenaires pour tirer parti de nos ressources et aider à sauver des vies et des moyens de subsistance”, a-t-elle dit, ajoutant que “le FMI fournira des financements plus concessionnels et nous comptons sur d’autres pour intensifier et faire leur part, pour protéger l’économie et la population, et jeter les bases d’une reprise forte et durable”.

La BM et le FMI estiment également essentiel pour les pays africains de travailler ensemble, en particulier sur la réponse sanitaire et sur la limitation des perturbations commerciales pour assurer la libre circulation des fournitures médicales et alimentaires.

Avec autant de personnes travaillant dans des emplois informels – 89 % des travailleurs en Afrique subsaharienne seulement – les pays doivent prendre des mesures immédiates pour étendre les programmes de filets de sécurité sociale et soutenir les travailleurs et les petites entreprises, ajoutent les deux institutions, notant que les services gouvernementaux auront également besoin d’attention pour continuer à fonctionner efficacement pendant toute la durée de cette crise.

Bouton retour en haut de la page
Fermer