Les pertes d’emplois dans le secteur de l’aviation en Afrique pourraient atteindre 3,1 millions en raison des effets néfastes de Covid-19, estime l’Association du transport aérien international (IATA), qui a appelé à un allégement des capitaux pour les compagnies aériennes de la région, qui devraient subir une perte de 6 milliards de dollars en revenus passagers par rapport aux 2 milliards de dollars prévus précédemment.

Selon l’IATA, l’industrie de l’aviation du Kenya devrait supprimer au moins 193.300 emplois d’ici la fin de l’année, comme prévu, car 3,5 millions de passagers en moins entraîneront une perte de revenus de 0,73 milliard de dollars (78,8 milliards de shillings) et 1,6 milliard de dollars (194 milliards de shillings) en contribution à l’économie kényane.

L’Afrique du Sud sera la plus touchée avec 252.100 emplois susceptibles d’être supprimés en raison d’une perte de revenus estimée à 3,02 milliards de dollars, suivie du Nigéria où le secteur de l’aviation devrait subir une perte de 0,99 milliard de dollars (107 milliards de shillings) avec 152400 emplois en ligne, selon un nouveau rapport de l’IATA relayé par les médias kényans.

Au cours du week-end, le Président Directeur Général de Kenya Airways, Allan Kilavuka, a déclaré à un portail d’information international que le transporteur national avait besoin de toute urgence de 500 millions de dollars (50 milliards de shillings) pour se remettre du choc du coronavirus qui a érodé ses revenus semestriels de 50%.

Le PDG a déclaré que les fonds pourraient prendre la forme de fonds propres ou d’un prêt du gouvernement, qui est en pourparlers pour racheter les parts des investisseurs minoritaires dans le capital de la compagnie en voie de nationalisation.

Kilavuka a ajouté que la compagnie devra se concentrer sur la réduction des coûts de la main-d’œuvre et de location des avions, qui sont ses plus grandes dépenses fixes, de 66 millions de dollars (7,1 milliards de shillings) jusqu’à la fin de 2021.

Kenya Airways a déjà renvoyé une partie de son personnel, y compris des pilotes, au cours des derniers mois, mais est en discussion avec les syndicats pour trouver de meilleures options pour réduire les coûts sans recourir à des coupes progressives qui pourraient toucher 1 400 employés.

La compagnie aérienne n’utilisera que 24 avions au cours des deux ou trois prochaines années, sur une flotte actuelle de 34 avions passagers et deux cargos.

Bouton retour en haut de la page
Fermer