La Banque islamique de développement (BID) a lancé un Programme régional de chaîne de valeur riz, d’un coût de 300 millions de dollars US, visant, à terme, à favoriser l’autosuffisance alimentaire en riz de 10 pays en Afrique subsaharienne.

La première phase de ce programme lancé par la BID en collaboration avec d’autres bailleurs de fonds, concerne cinq pays, notamment le Sénégal, la Guinée, la Gambie, la Sierra-Leone et le Niger, écrit mardi le journal sénégalais +Le Quotidien+, faisant savoir que les partenaires techniques et financiers de ce programme se sont réunis lundi à Dakar, afin de voir comment accélérer l’exécution des projets dans ces cinq pays cibles.

“Dans la mise en œuvre du programme, aucun acteur de la chaîne de valeur riz n’est laissé en rade. De la semence à la commercialisation, en passant par les techniques de production, de récolte, de commercialisation. Nous comptons développer une synergie entre les centres de recherche agronomique, les laboratoires de recherche, l’interprofession rizicole des pays et surtout les importateurs”, selon le chargé des opérations alimentaires à la Bid, Fally Badji.

D’après la publication, les autorités sénégalaises, qui ont mis en place un Programme national d’autosuffisance en riz (Pnar), estiment ainsi qu’avec ce Programme régional chaîne de valeur riz, “le Pnar du Sénégal se voit ainsi renforcé, car des blocages à déverrouiller ont été précisés pour accélérer l’avènement de l’autosuffisance”.

Très précisément, note un document du ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural, relayé par le journal, “il est prévu d’agir dans les domaines semencier, de la formation, de la fertilité des terres rizicoles, de la mécanisation, de la maîtrise de l’eau, du stockage, de la commercialisation, du conseil ; etc”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer