Confronté à des conditions économiques difficiles, compliquées par un hiver sévère, l’Afghanistan a plus que jamais besoin d’une aide humanitaire d’urgence, a souligné, mercredi, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

“Premièrement et de toute urgence, nous devons intensifier nos opérations humanitaires pour sauver des vies” dans ce pays d’Asie centrale, a indiqué M. Guterres lors d’une réunion au Conseil de sécurité consacrée à la situation en Afghanistan.

Il est nécessaire de suspendre les règlements et les conditions qui restreignent non seulement l’économie afghane, mais aussi les opérations vitales menées par l’organisation internationale, a-t-il relevé, saluant au passage l’adoption par le Conseil de sécurité d’une résolution proposée par les États-Unis visant à faciliter, pendant un an, l’aide humanitaire à l’Afghanistan.

Le chef de l’ONU a, en outre, mis l’accent sur la nécessité de trouver les moyens susceptibles de libérer les réserves de devises gelées et de réengager la Banque centrale afghane.

Début janvier, l’ONU et ses partenaires avaient demandé un montant record de 5 milliards de dollars pour financer l’aide à l’Afghanistan cette année et assurer un avenir à un pays menacé par une catastrophe humanitaire.

Ces fonds visent à fournir une aide humanitaire vitale à 22 millions de personnes en Afghanistan et à soutenir 5,7 millions d’Afghans déplacés et les communautés locales dans cinq pays voisins.

Le SG de l’ONU a, par ailleurs, indiqué qu’il est temps pour les talibans, au pouvoir, de faire montre d’un “véritable engagement” à faire partie de la communauté internationale.

Dans ce cadre, il a exhorté les talibans à travailler étroitement avec la communauté internationale, y compris le Conseil de sécurité pour venir à bout de la menace terroriste en Afghanistan et établir des institutions qui promeuvent la sécurité.

“Nous devons prévenir l’expansion de toutes les organisations terroristes dans le pays”, a insisté le chef de l’ONU.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer