Au moins sept ouvriers agricoles, appartenant à la communauté chiite hazara, persécutée de longue date en Afghanistan, ont été assassinés dans la province de Nangarhar (est), ont annoncé jeudi les autorités locales.

“Sept ouvriers agricoles ont été tués par des inconnus (…) C’étaient tous des Hazaras, venant des provinces de Bamiyan et Ghazni. Leur mains ont d’abord été nouées dans le dos, puis ils ont été abattus” tard mercredi soir, a déclaré Ajmal Omar, un membre du conseil provincial de Nangarhar.

Le chef de la police de la province, Juma Gul Hemat, a confirmé le bilan et précisé que quatre suspects avaient été arrêtés.

L’attaque, qui n’a pas encore été revendiquée, est survenue à environ 20 km de Jalalabad, la capitale provinciale, dans une zone frontalière du Pakistan où les talibans mais aussi l’organisation État islamique (EI) sont influents.

Jalalabad a été frappée par plusieurs attaques ces deux derniers jours.

Mardi, trois jeunes employées de la chaîne de télévision locale Enekaas TV ont été abattues à la sortie de leur bureau, et jeudi une gynécologue a trouvé la mort dans l’explosion d’une bombe fixée au rickshaw dans lequel elle se rendait au travail.

Les Hazaras, principalement chiites, représentent entre 10 et 20% des 38 millions d’Afghans. Depuis longtemps ils sont persécutés par les extrémistes sunnites, dans ce pays déchiré par les divisions ethniques et religieuses.

Leurs traits physiques, caractéristiques des populations d’Asie centrale, les rendent facilement identifiables par les radicaux sunnites qui les considèrent comme des hérétiques.

Durant la brutale guerre civile des années 1990, les Hazaras ont été impitoyablement bombardés lors de combats entre factions ennemies, puis massacrés par milliers lors de la conquête sanglante du pays par les talibans.

Par la suite, les talibans ont continué à cibler la minorité ethnique, enlevant et tuant en toute impunité les Hazaras qui se risquaient à voyager sur les dangereuses routes afghanes.

La communauté a aussi souvent été visée au Pakistan. En janvier, dix mineurs hazaras ont été enlevés dans une zone reculée du Baloutchistan (ouest), à moins de 100 km de la frontière afghane, puis tués et pour certains décapités. L’attaque a été revendiquée par l’EI.

Bouton retour en haut de la page
Fermer