Le club de football gallois Cardiff City a annoncé, mercredi, sa décision de faire appel de la décision rendue par la Fifa l’obligeant à payer au FC Nantes le premier versement du transfert du jeune argentin, Emiliano Sala, décédé dans un crash d’avion en début de l’année.

“Il semble que (la Fifa) a rendu sa décision sur un point particulier du différend sans prendre en compte la totalité des éléments présentés par Cardiff”, explique le club gallois dans un communiqué, faisant savoir qu’il compte contester devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) à Lausanne la décision annoncée lundi par la Commission du statut du joueur de la Fifa l’obligeant de payer 6 des 17 millions d’euros de la transaction.

Après le décès d’Emiliano Sala le 21 janvier dernier, le club gallois avait refusé d’honorer le premier versement de six millions d’euros du montant total du transfert, alors qu’il avait été validé par les autorités du football avant l’accident. Nantes avait saisi la Fifa fin février pour réclamer la totalité du paiement du transfert.

La Fifa a précisé à la presse que cette décision ne concernait “que le premier versement de six millions d’euros dû selon les termes du contrat”, sur les 17 millions d’euros.

“Il reste des preuves évidentes que l’accord de transfert n’a jamais été respecté en conformité avec de nombreuses obligations contractuelles exigées de Nantes, le rendant nul et non avenu”, a réagi à cet effet, Cardiff City.

“Nous allons faire appel devant le TAS pour obtenir une décision qui prenne en compte toutes les informations contractuelles pertinentes et qui éclaire toute la situation légale entre nos deux clubs”, a-t-il ajouté.

L’attaquant argentin, qui représentait le plus gros transfert de l’histoire de Cardiff, avait disparu avec le pilote de son avion privé, Piper Malibu, qui le transportait, au dessus de la Manche. Après des semaines d’investigation et de recherche, l’épave de l’avion a été retrouvée à une vingtaine de kilomètres au nord de l’île anglo-normande de Guernesey, avec le corps d’Emiliano Sala à bord.

Bouton retour en haut de la page
Fermer