Les ministres français des Affaires étrangères et des Armées ont défendu jeudi à l’Assemblée nationale la poursuite des efforts militaires français au Sahel, devant des députés soucieux d’en comprendre l’avenir et la stratégie après huit ans de présence ininterrompue.

“Il nous semble aujourd’hui légitime, utile et nécessaire de débattre de la stratégie de la France au Sahel” après huit années d’engagement militaire dont “nous pouvons être fiers”, mais à l’important “coût humain” (50 morts au combat) et “financier” (un milliard d’euros par an), a souligné en préambule le député de la majorité présidentielle Thomas Gassilloud (Agir ensemble).

“Si les résultats obtenus sont réels” depuis le sursaut militaire décidé début 2020 au sommet de Pau (sud-ouest), “la situation sécuritaire au niveau régional demeure préoccupante”, a-t-il souligné. En matière de gouvernance et de développement, “le bilan reste trop léger”. Et sur le plan militaire, “les renforts européens sont précieux mais fragiles”, a-t-il constaté, plaidant pour une implication accrue des Etats sahéliens.

“L’opération Barkhane (5.100 militaires français, ndlr) n’est pas éternelle, mais aujourd’hui il n’est pas question de partir parce que nos partenaires nous demandent de continuer à les aider”, a réagi la ministre des Armées Florence Parly, selon qui “la sécurité des Français et des Européens en dépend”.

Mi-février, lors d’un sommet à N’Djamena avec les partenaires du G5 Sahel, le président Emmanuel Macron avait annoncé que Paris ne comptait pas réduire “dans l’immédiat” les effectifs de Barkhane, appelant d’abord à “décapiter” les groupes terroristes, notamment ceux affiliés à Al-Qaïda, qui continuent d’agir dans la région.

La France lutte “contre les groupes terroristes qui, battus en brèche, poursuivent aujourd’hui une stratégie meurtrière de chaos et de déstabilisation”, a fait valoir pour sa part le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, insistant sur la nécessité d’un “sursaut civil” et “de développement”, déjà en cours selon lui.

Bouton retour en haut de la page
Fermer