Pas moins de 46 personnes ont été assassinées le weekend dernier dans la province du Cap occidental (sud de l’Afrique du Sud), a annoncé, mardi, le premier ministre de la province, Alan Winde.
Il s’agit d’une hausse alarmante qui intervient en dépit du déploiement d’éléments de l’armée nationale sud-africaine dans cette province, plombée par le crime violent.
Lors du weekend du 20-21 juillet, un total de 25 personnes ont été tuées dans la province.
«Au total, 46 personnes ont été assassinées en fin de semaine, dans 21 fusillades et 20 coups de couteau», a dit Winde, ajoutant que ce chiffre représente une augmentation par rapport aux 25 meurtres enregistrés par les services de police scientifique de la province il y a une semaine.
Le gouvernement sud-africain avait déployé au début du mois en cours des éléments de l’armée dans les points chauds de la criminalité au Cap, premier hub touristique du pays arc-en-ciel.
La décision, prise en réponse aux appels lancés par les habitants sur les médias sociaux, avait été validée par le président Cyril Ramaphosa.
L’Afrique du Sud est gangrenée par une forte criminalité. L’an dernier, plus de 20.000 personnes ont été victimes de meurtres, soit 57 par jour, des chiffres qui font de l’Afrique du Sud l’un des pays les plus dangereux au monde.
Contrairement à une opinion largement répandue, le taux d’homicides pour 100.000 habitants a toutefois chuté depuis la fin du régime de l’apartheid. En 1994, le pays, au bord de la guerre civile, enregistrait 74 homicides quotidiens.

Bouton retour en haut de la page
Fermer