Une journée d’étude, a été organisée, lundi à Rabat, par le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (département de la formation professionnelle), sur les modalités de suivi d’exécution des projets financés dans le cadre du Fonds “Charaka”.

Organisée en partenariat avec l’agence Millennium Challenge Account-Morocco (MCA Morocco), cette journée avait pour objectif d’informer les porteurs de projets bénéficiaires du Fonds “Charaka” sur les procédures de gestion, les mécanismes et modalités de coordination, de suivi d’exécution et de suivi-évaluation des projets.

S’exprimant à cette occasion, le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Saaid Amzazi, a appelé à multiplier les efforts pour mettre en œuvre les chantiers structurants lancés par le Maroc aussi bien dans le cadre de la feuille de route relative au développement de la Formation Professionnelle présentée à SM le Roi Mohammed VI en Avril 2019 que dans celui de la stratégie nationale de la formation professionnelle 2021, insistant sur l’importance accordée par le Souverain à ce secteur qui joue un rôle de levier pour la qualification des jeunes et la réduction des disparités sociales, tant dans le milieu urbain que rural et dans les zones péri-urbaines.

“Je tiens à rappeler les quinze projets retenus et financés par le fonds Charaka, s’inscrivant pleinement dans la vision et les réformes du ministère et qui vont indubitablement constituer un levier incontournable pour le renforcement du Partenariat Public-Privé et pour la mise en place d’une offre de Formation Professionnelle en adéquation avec la demande du marché du travail”, a-t-il ajouté.

M.Amzazi a également souligné que l’appui de l’opérationnalisation de la réforme de la formation professionnelle est un chantier très important, permettant de mobiliser l’assistance technique pour engager des réflexions et asseoir des nouvelles méthodes et approches pour rendre la formation professionnelle efficace, efficiente et inclusive.

Pour sa part, le directeur résident de MCA Morocco, Walter Siouffi, a salué le nouveau modèle de formation professionnelle au Maroc qui rassemble les secteurs public et privé, faisant part de son importance pour garantir l’alignement de la formation professionnelle aux exigences des employeurs, dans le but d’augmenter le taux d’insertion professionnelle et la qualité de la formation.

M.Siouffi a, en outre, relevé que l’assistance technique qui sera offerte aux centres de formation par le biais du Fonds “Charaka” et le système de gouvernance permettant au secteur privé de jouer un rôle actif constituent des facteurs essentiels pour le succès des centres.

De son côté, le directeur général de MCA-Morocco, Abdelghni Lakhdar, a affirmé que la phase de mise en oeuvre des projets relatifs au fonds “Charaka” nécessitent un suivi rigoureux et une bonne articulation des rôles et des responsabilités, ajoutant que cette journée s’inscrit dans le cadre de la mission de l’agence MCA-Morocco en matière de supervision de la mise en oeuvre des projets financés par le fonds “Charaka”, visant à cadrer les modalités de suivi d’exécution, la gestion des contraintes de réalisation et des risques éventuels.

“Cette journée constitue l’occasion d’examiner les procédures et modalités de gouvernance et de gestion relatives aux 15 projets bénéficiant du financement du Fonds “Charaka”, a-t-il dit, annonçant la création d’une instance de gouvernance et de suivi dudit Fonds.

Les 15 projets bénéficiaires du soutien du Fonds “Charaka” portent sur la création de 9 nouveaux établissements et la reconversion de 6 établissements existants, et couvrent les secteurs de l’agriculture, l’agro-industrie, le tourisme, l’industrie, l’artisanat, le BTP, le transport, la logistique et de la santé.

Cette journée a été marquée par la présentation du manuel de procédures du Fonds “Charaka” par MCA Morocco” qui finance deux projets, à savoir le projet “Formation et éducation pour l’employabilité” et le projet “productivité du foncier”, et par un exposé sur les modalités de suivi des projets présenté par “GOPA”, société de consulting international gestionnaire du Fonds “Charaka”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer