Les Etats-Unis, la Russie, et les pays de l’OPEP+ ont conclu un accord provisoire pour réduire leur production de pétrole de 9,7 millions de barils par jour en raison de la pandémie de coronavirus.

L’accord, scellé dimanche, est intervenu après que le président américain Donald Trump soit intervenu pour aider à résoudre une impasse entre Mexico et Riyad qui mettait en péril le pacte élargi qui englobe 23 pays.

Les pourparlers entre ces pays avaient atteint un obstacle de dernière minute la semaine dernière lorsque le président mexicain Andrés Manuel López Obrador semblait réticent à réduire les niveaux de production de son pays. Mais le président américain Donald Trump a annoncé sur Twitter qu’un accord avait été conclu.

“Le grand accord pétrolier avec l’OPEP+ est fait. Cela permettra d’économiser des centaines de milliers d’emplois énergétiques aux États-Unis. Je voudrais remercier et féliciter le président Poutine de Russie et le roi Salman d’Arabie saoudite. Je viens de leur parler à partir du Bureau Ovale. Un grand accord pour tous!”, s’est félicité le Locataire de la Maison Blanche.

Dans le cadre de l’accord final annoncé dimanche, le Mexique réduira sa production de 100 000 barils par jour, soit 250 000 barils de moins que ce que l’Arabie saoudite souhaitait initialement. Les États-Unis ont débloqué l’impasse en s’engageant à compenser les réductions mexicaines avec 300 000 barils de moins, rapporte le Wall Street Journal.

Les prix ont chuté de 40% depuis mars en raison d’une impasse entre l’Arabie saoudite et la Russie sur un plan d’urgence potentiel pour faire face à l’effet de la pandémie sur les approvisionnements du marché pétrolier, ce qui a déclenché une guerre des prix entre les deux pays.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer